Halte à la désinformation et à la manipulation

Un message de « 4 vérités sur le vin ».

L’Institut national du cancer (Inca) et le ministère de la Santé ont présenté récemment un document destiné aux médecins intitulé « Nutrition prévention des cancers, des connaissances scientifiques aux recommandations ».

Ce document indique notamment que toutes les boissons alcoolisées, y compris le vin et même dans le cadre d’une consommation modérée, augmentent le risque de cancer.

Cette information a été largement relayée par les médias ces derniers jours.

Or, quelles sont les études nouvelles comme annoncé par les promoteurs de cette opération de désinformation ?

Sur le vin deux choses sont à rappeler :

  • la prévalence des bienfaits du vin sur la protection cancer par rapport aux effets délétères (par ailleurs rencontrés aux doses élevées),
  • enfin le vin, précisément, se singularise par rapport aux autres alcools par son capital en polyphénols anti-oxydants et protecteurs.

En effet, rappelons que le vin c’est du jus de raisin fermenté, enrichi en polyphénols grâce à son procédé naturel d’élaboration. Dans ce breuvage inscrit dans notre patrimoine culturel nous avons deux effets antagonistes : l’effet alcool et l’effet fruit. Or, à doses modérées l’effet fruit du vin est supérieur à l’effet alcool. Le World Research Cancer Fund cité ici, fait état d’un effet protecteur des fruits.

Le document Nutrition prévention des cancers, des connaissances scientifiques aux recommandations omet de dire que, dans le document qui lui sert de référentiel : celui du World Research Cancer Fund ( WCRF ) publié fin 2007, dans le cadre d’une politique de santé globale, on accepte une consommation de 1 verre /jour pour les femmes et 2 verres pour les hommes.

Comme ce rapport WCRF a été exploité médiatiquement, nous avons voulu en faire une lecture critique et avons découvert plusieurs défauts qui sont décrits ci dessous.

D’autre part, comment établir une politique de santé humaine en ne tenant compte que d’une seule maladie ?

Tous les scientifiques et médecins sérieux vous diront que c’est une grave erreur.

Enfin, les organismes officiels nous disent qu’en France les courbes des cancers et de consommation de vin, ne suivent pas du tout les mêmes pentes :

  • selon l’Institut Curie : augmentation de 30 à 40 % des cas de cancer, selon les types de cancer depuis 20 ans,
  • selon le rapport cité par l’INCA (3ème rapport, voir plus bas) et l’ONIVINS baisse de 30 % de la consommation de vin en France, depuis 20 ans

Si le 1er verre de vin avait été si dangereux, aurions-nous ces courbes d’augmentation de cancer ?

Créée pour rétablir une information juste et objective sur les méfaits et bienfaits du vin sur la santé, l’association « Les 4 vérités sur le vin » s’est donc penchée sur les études scientifiques citées dans la brochure de l’Inca et du ministère de la Santé qui permettraient d’affirmer que la consommation de vin, même modérée, serait nocive.

Or, l’étude détaillée des sources citées montre que sur les 12 rapports ou documents administratifs qui ont permis de réaliser ce document, seul un rapport est franchement hostile au vin. Toutes les autres indiquent qu’une consommation modérée de vin peut avoir un effet positif.

Vous trouverez en annexe le détail de l’étude réalisée par l’association « Les 4 vérités sur le vin » qui démontre cela.

On peut donc conclure que ces recommandations destinées aux médecins ne sont pas recevables sur le plan scientifique. C’est très grave de la part d’un Institut national comme l’Inca car cela met en cause sa crédibilité.

L’association des « 4 vérités sur le vin » lance un appel pour que l’on arrête, dans ce pays, de prendre les Français pour des assistés irresponsables et demande qu’enfin, l’information qui leur est donnée soit juste et objective.

Halte à la désinformation et à la manipulation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.