Journée en souvenir de la famille de Beauvallon : jurats, échevins, maires, procureurs, juges, … à Sauveterre depuis le 14ème siècle.

Discours prononcés ce jour par Jean-Claude Tillier, Président des Amis de la Bastide et Yves d’Amécourt, Maire de Sauveterre de Guyenne.

« Chaque village, chaque hameau, chaque champ, chaque nom d’homme ou de lieu a son histoire. Rien n’est mesquin de ce qui touche à la famille humaine ; les plus petits détails grandissent à mesure qu’on les examine. »


Inauguration de la rue « Louis de Beauvallon 1928-1997
Discours prononcé ce jour par Jean-Claude Tillier, Président des Amis de la Bastide.

Cette cérémonie du 14 novembre 2009 touche profondément les Amis de la Bastide qui ont, une fois de plus, l’occasion de rendre un hommage appuyé à leur fondateur, Louis de Beauvallon.

Son nom, inscrit désormais sur le mur de cette rue qui longe sa maison, est une marque de plus de la reconnaissance que lui doit Sauveterre de Guyenne, ville qu’il a beaucoup aimée. Au nom de tous les membres de l’association des Amis de la Bastide, je remercie très chaleureusement le maire, Monsieur Yves d’Amécourt et son Conseil municipal d’avoir organisé cette cérémonie.Notre Ami Louis de Beauvallon, dont la famille est implantée dans ce terroir depuis le XIV° siècle, s’est surtout fait connaître et apprécier au moment où il prit sa retraite. Une grande partie de son temps fut, alors, consacrée au service de sa commune où il fit preuve d’une grande efficacité et d’un dévouement inlassable.

D’abord, correspondant local du journal «Sud-Ouest», il fut ensuite élu au Conseil municipal où il accepta un poste d’adjoint. Président fondateur du Syndicat d’initiative, il contribua à développer l’action touristique pour la promotion de la cité, mettant en valeur la bastide de Sauveterre. Aussi, à l’occasion d’un concours sur les villes bastides lancé par le Conseil régional d’Aquitaine en (199?), accompagné par son ami le général Jacques Guichard, il défendit avec beaucoup de conviction les intérêts de Sauveterre qui se retrouva lauréate aux côtés de la ville de Monségur parmi les deux bastides de Gironde qui furent primées.

M de Beauvallon vivait intensément la vie locale dans ses moindres détails et, jour après jour, il s’est préoccupé non seulement du patrimoine de sa commune mais aussi de celui de tout le canton qui n’avait plus aucun secret pour lui. Il fallait prendre le temps de se promener avec lui pour partager son enthousiasme à la vue des belles églises romanes ou devant certains paysages qu’il contemplait avec jubilation. C’est encore lui qui est à l’origine de la création de l’association qui, aujourd’hui, sauvegarde et remet en valeur le Castrum de Pommiers, à Saint Félix de Foncaude, ce site historique exceptionnel pour l’Entre deux Mers. Si tout ce patrimoine est maintenant bien connu (il en était devenu la mémoire), c’est à lui que nous le devons.
Personnalité d’exception, il avait voulu fidéliser davantage encore ses concitoyens en créant l’association des Amis de la Bastide. Il en fut le président attentif et dévoué à partir du mois de mai 1993, date de sa création. Par ses actions en plusieurs domaines, le patrimoine sauveterrien s’est trouvé enrichi d’une foule de documents que conservent précieusement les archives de l’association. Le Registre de la Jurade, relatant les événements municipaux qui se sont déroulés à Sauveterre-de-Guyenne entre 1652 et 1677, que nous publions avec les Éditions de l’Entre-deux-Mers et que va vous présenter tout à l’heure M Jean-Claude Huguet qui en a transcrit le texte intégral, fait partie de ces documents précieux. Au même titre, d’ailleurs, que le manuscrit du docteur Durodié, au XIX° siècle dont nous possédons une partie.

Existent aussi, grâce à lui, une foule de cartes postales anciennes concernant les vues de la ville, ses monuments et toutes celles qui ont pour thème la vie quotidienne. Chacune de ces séries a fait l’objet d’expositions très suivies par le public. Signalons également la plaquette sur l’histoire de Sauveterre à l’intention des touristes ou encore la remarquable exposition sur les églises du canton où il avait impliqué les élèves du collège pour les photographies. Citons enfin la participation de Sauveterre de Guyenne au colloque du CLEM (Comité de liaison des associations historiques et archéologiques de l’Entre deux Mers) en 1999, qu’il avait voulu avec ardeur et qu’il avait obtenu après une présentation de qualité au Conseil d’administration. Ce colloque s’est tour à tour tenu à Blasimon et au Castrum de Pommiers le samedi 25 septembre et à Sauveterre, le dimanche 26 septembre. Malheureusement, sans lui.

Quelques semaines avant son décès, il offrait à la ville, en juin 1997, un dernier ouvrage: l’histoire du jumelage entre Sottrum et Sauveterre de Guyenne dont la création remonte à 1973 sous la mandature de M Robert Barrière. Il en avait recueilli les souvenirs évoqués par Jean Bouffard le 16 mai 1994, les complétant par des recherches qu’il effectua dans les registres des Conseils municipaux de l’époque. Il en a écrit la préface, ultime témoignage de son attachement à sa ville. La mise au point définitive a été réalisée par les Amis de la Bastide. Enfin, la cassette que l’on montre aux touristes avant de leur faire visiter la bastide a été réalisée par lui. Il en avait assuré toutes les photos avec le texte, mais il n’a pas pu la terminer.

Louis de Beauvallon a travaillé jusqu’au bout de ses forces. Chaque année, l’association présente une exposition au mois de septembre. Cette année-là, il avait choisi comme thème le mobilier campanaire parce que dans son esprit, c’ était une suite logique de l’exposition sur les églises du canton. «Les cloches ont une histoire qui mérite d’être contée» disait-il. La participation matérielle avait été assurée tout au long de l’année par notre ami Bernard Malégarie qui est monté dans chaque clocher pour relever les inscriptions.

Le 12 août 1997, notre ami s’éteignait après une longue maladie.

Cette plaque sur les murs de cette rue qu’il a souvent parcourue, vient fort à propos rappeler le nom de celui qui fut un grand serviteur de la bastide de Sauveterre à l’instar des personnages célèbres de la commune qu’il avait eu à cœur de citer dans la plaquette que nous avons publiée ensemble. Désormais, aux côtés de:

  • Jean Chaulet, imprimeur;
  • Jean-Paul Gabriel Anglade, peintre et aquarelliste;
  • Fernand Durodié, docteur en médecine et historien de la cité;
  • Paul Bonnefon, conservateur à la Bibliothèque de l’Arsenal, à Paris;
  • Roger Sabourin, maire-adjoint de Sauveterre dont l’attitude fut héroïque pendant l’occupation;
  • Raymond Guitet, créateur du jardin zoologique en bordure du chemin de ronde en face de la cave coopérative;
  • Pierre Teyssier, décédé en 1990, qui a passé une partie de sa vie à promouvoir la Bastide, et qui a publié de nombreux textes sur lesquels les historiens ont pu écrire l’histoire de Sauveterre;
  • Claude Raffin qui était lui aussi, très investi dans l’Association et le Syndicat d’initiative.
  • se trouve maintenant le nom de Louis de Beauvallon, humaniste et passionné par le patrimoine de Sauveterre qu’il a si bien mis en valeur et dont le souvenir est toujours très vivant au sein de l’association des Amis de la Bastide qu’il a créée pour que son œuvre soit poursuivie. C’est avec fierté que nous continuons dans son sillage.

Discours prononcé ce jour par Yves d’Amécourt, Maire de Sauveterre de Guyenne.

Je salue pour leur présence ici, Jean Lécussant et Pierre Teulet, mes prédécesseurs, les nombreux représentants de la famille de Beauvallon,

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, Chers Amis,

Au XVIIème siècle, Sauveterre-de-Guyenne, notre Bastide, était administrée par une « Jurade ». Cette Jurade tenait lieu de Conseil Municipal, tel qu’on le connaît aujourd’hui.

En 1884, François Bouïre de Beauvallon, descendant d’un des Jurats de Sauveterre, fit dont la commune d’un des registres de la Jurade. Ce registre, le seul qui nous reste, retrace les évènements qui se sont déroulés dans notre commune entre 1651 et 1677.

Décisions, histoires ou difficultés de la vie quotidienne pour les habitants de Sauveterre, au début du règne de Louis XIV.

En 2009, le conseil municipal a décidé, en accord avec l’association « Les Amis de la Bastide » de faire transcrire ce document. Jean-Claude Huguet et Valérie Larock, qui habitent Frontenac, ont accepté de réaliser ce travail durant l’été 2008, par amitié pour Sauveterre. Cela représente 4 mois de travail à deux. Qu’ils soient ici tous les deux remercie pour leur performance et de la qualité de leur travail.

Les Editions de l’Entre Deux Mers ont ensuite travaillé avec les Amis de la Bastide pour éditer ce recueil d’histoires et en faire un livre que chacune et chacun pourra garder chez lui.

On découvre dans cette transcription,

  • Des histoires de vin qui peuvent mal tourner, comme quand le 15 août 1654, dans la maison commune de la ville et prévoté royale de Sauveterre, a comparu le Sieur Jean Saint Marcq, jurat, qui rapporte que certains personnage de Saint Genis en Benauge, vendent du vin au détail en la paroisse de Daubèze, juridiction de Sauveterre…
  • Des débats à propos d’un curé de choc, lorsque le15 novembre 1661, les sieurs François Fortassies, Jean Heyraud, Jean Pallotte et Jean Cluchard, jurats de la ville, en présence de Michel Dailhe, procureur du Roy, on dit remontrer que Monsieur le Curé au lieu de bien édifier le peuple et leur donner bon exemple, néglige et refuse les effets de son devoir et en outre, exige dans ses fonctions des droits exorbitants, et se comporte de telle façon que le peuple est scandalisé…
  • Les problèmes de la Jurade quand Sauveterre tente de se dépatouiller avec des soldats livrés à eux-mêmes qui vivent sur le pays…Comme lorsque le Marquis de Beynacq, capitaine de cavalerie, fait rester tout sa compagnie dans la ville, lequel poussé par quelque ressentiment aurait usé de grande menace…

Le résultat est exceptionnel. C’est un très beau livre qui participera à conserver la mémoire de Sauveterre.

Nous avons ajouté, à la transcription du registre de la Jurade :

  • Le plan « Terrier » de Sauveterre de Guyenne en 1739
  • 4 gravures de Léo Drouyn représentant les 4 portes fortifiées de notre bastide en 1860.
  • Un plan de la bastide dessiné à la plume par Léo Drouyn
  • Des photos de la charte et du sceau de la ville

Le montant de ce projet est d’environ 10000 €. Cette somme est financée

  • par deux mécènes : TIGF et Crédit Agricole d’Aquitaine, pour plus de 6000 €
  • par les souscriptions qui sont au nombre de 183, soit 3500 € environ
  • par la commune
  • par les éditions de l’Entre Deux Mers qui prennent à leur charge l’impression de 100 exemplaire dont ils assureront la vente à leur profit.

Les livres qui restent seront offerts par la commune aux hôtes de marque, ou vendus par les Amis de la Bastide, au profit de l’Association. Cela permettra de financer d’autres recherches, et d’autres éditions.

Que tous les acteurs de ce beau projet, qui, vous l’avez bien compris, en insufflera d’autres, soient ici remerciés.

L’édition de ce livre s’inscrit exactement dans la mission de l’Association des Amis de la Bastide et nous avons voulu, avec le Conseil Municipal et Jean-Claude Tillier, Président des Amis de la Bastide, honorer aujourd’hui, son fondateur, Louis de Beauvallon.

C’est la raison pour laquelle nous avons donné son nom au rué qui fait le tour de la propriété familiale.

Parce que Louis de Beauvallon était très attaché à la Bastide, parce que Louis de Beauvallon était très attaché, aussi, à l’existence et à la permanence des rué. L’un deux portera désormais son nom et le nom des Beauvallon restera à jamais attaché à celui de la Bastide. A travers le souvenir de Louis, nous honorons aussi le souvenir de tous les Beauvallon et alliés qui ont habité Sauveterre depuis le XIVème siècle.

  • Fortis Bouÿre, Jurat à plusieurs reprises entre 1578 et 1588
  • Ursin Bouÿre, Jurat à plusieur reprise entre 1652 et 1680
  • Bernard Bouÿre de Monier, Jurat et Maire à plusieurs reprises entre 1706 et 1770
  • Ursin de Bouÿre, son frère, curé de Castelmoron
  • Jean-François Lestelle, dont la mère est une Beauvallon, 1er Echevin de Sauveterre puis Maire de Sauveterre en 1792.
  • Antoine de Bouïre de Beauvallon, procureur du Roi à Bordeaux qui eut en main les intérêts des grandes familles de la Gironde. Nommé membre du Conseil Général de 1833 à 1836 et de 1838 à 1844 il y représentera les cantons de Sauveterre et de Targon… Puisqu’à l’époque il y avait un seul Conseiller Général pour ces deux cantons.
  • Son fils Léon de Beauvallon (- ,1865), Maire de Saint Romain de Vignague et Juge de Paix à Sauveterre. Léon donna à l’église de Sauveterre les fonts baptismaux et le vitrail de « Saint Léon ».
  • Ultima, la sœur de Léon, qui avait épousé son Oncle François, Colonel, et conservé ainsi son « nom de jeune fille ».
  • François Bouïre de Beauvallon, un descendant d’Ultima, qui en 1884, fit dont la commune d’un des registres de la Jurade. Le registre, dont nous éditons aujourd’hui la transcription.

La liste est longue… Cette journée était pour la commune l’occasion de les honorer tous : jurats, échevins, Maires, Procureurs, Juges, pour les plus connus. L’occasion d’honorer aussi tout ceux qui ne sont peu ou pas connus, mais qui ont transmis leurs valeurs, donné le change, ceux qui ont passé la mémoire de génération en génération… Afin que chacun se souviennent du passé qui permet de comprendre le présent, et de préparer et construire l’avenir…

« Chaque village, chaque hameau, chaque champ, chaque nom d’homme ou de lieu a son histoire. Rien n’est mesquin de ce qui touche à la famille humaine ; les plus petits détails grandissent à mesure qu’on les examine. »

Telle pourrait être la devise des Amis de la Bastide.

Merci à toutes celles et tous ceux qui ont organisé cette journée, à ceux qui ont permis l’édition du registre de la Jurade, à la famille de Beauvallon qui est nombreuse aujourd’hui, merci à Louis de Beauvallon pour l’œuvre qu’il a initiée et que nous poursuivrons, ensemble demain.

Pour la fin Janvier, jour de la foire de Sauveterre, le Conseil Municipal prépare avec Annie Hérault couturière, une « renaissance de la Jurade ». Les Jurats de Sauveterre pourront ainsi accueillir les compagnons de Bordeaux pour fêter Saint Vincent ! Surprise, surprise…

Vive Sauveterre !

Yves d’Amécourt
Maire de Sauveterre-de-Guyenne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.