La « Déchéance de Nationalité » pour masquer l’absence de politique contre l’Etat Islamique !

Jean d’Ormesson a bien raison de dire que ce débat sur la déchéance de nationalité est « de l’enfumage ». François Fillon de dénoncer une « réforme bancale ».

En 1er lieu car la « déchéance de nationalité » pour les binationaux (ceux qui ont une double nationalité) est déjà inscrite dans le code civil. Si l’on veut l’étendre il suffit de modifier la loi, de l’amender. Il n’est pas besoin de modifier la constitution. Retirer la nationalité aux français ayant une seul nationalité est impossible car on ne peut pas créer des « apatrides ».

En 2nd lieu, car opposer la menace de « déchéance de nationalité » aux terroristes, c’est un peu comme partir à la guerre avec un canif ! Cela me rappelle l’épisode où Lionel Jospin, alors 1er Ministre, pour limiter les risques d’attentats, avait proposé de renforcer la loi sur le port d’armes.

Comme si les terroristes, pour acheter une kalachnikov avait besoin d’un permis de port d’arme ! A l’époque, les Guignols de l’Info avait fini par baptiser le 1er Ministre « OUI-OUI ». Chaque soir nous avions le droit à un épisode de « OUI-OUI au pays des idées ». C’était féroce, mais tellement vrai ! Au final, le renforcement de la législation sur le permis de port d’armes a surtout embêté les collectionneurs et les chasseurs, mais il n’a pas mis fin au terrorisme !

Mais dans l’urgence d’un évènement, il faut légiférer, pour montrer « que les chambres s’en occupent ! » Comme les chambres n’ont comme réponse à une question, que la loi… Et bien, on modifie la loi ! Et quand ce n’est pas suffisant on modifie la constitution ! Cela participe de l’inflation législative tellement dénoncée par la gauche sous Sarkozy, et reprise à son compte, sans coup férir, par Hollande.

Comme l’écrit Auguste DETOEUF dans « Propos de O.L. Barenton, Confiseur » : « A n’avoir comme outil qu’un marteau, on finit par voir tous les problèmes comme des clous ». Mais pendant ce temps là, rien ne se passe. Le débat sur la déchéance de nationalité, les commémorations multiples sont des écrans de fumée qui cachent l’absence d’action. Comme pour faire oublier le risque d’un nouvel attentat demain, dans six mois… Que suivront de nouvelles commémorations.

Le Président devrait être à Moscou, à New-York, à Istanbul, à Téhéran, à Beyrouth, à Ryad … Il est à Paris.

Enfin, le débat sur la déchéance de nationalité est indigne ! Car au fond que signifie-t-il ? Lorsqu’un délinquant français bascule dans le terrorisme, plutôt que de le juger chez nous, de traiter le problème chez nous, de l’emprisonner chez nous, on lui retire sa nationalité française et on l’expulse ! C’est le summum de la lâcheté ! Et ensuite … On attend qu’il revienne ? Comme si l’absence de nationalité française allait empêcher un terroriste déterminé de passer nos frontières ! Ah, la belle affaire !

Alors pourquoi cet entêtement à vouloir inscrire la déchéance de nationalité dans la constitution ?

« Modifier la constitution, quelque soit la modification ». Voilà peut-être le réel objectif du Président Normal 1er. Et je l’espère Normal dernier…

Sans doute un Président de la République a-t-il besoin, pour « entrer dans l’histoire » de modifier la constitution durant son mandat ! Quitte à faire le grand écart !

Le Président Hollande élu avec sa majorité pour « donner le droit de vote aux étrangers » et inscrire cette réforme dans la constitution, propose aujourd’hui d’y inscrire « la déchéance de nationalité »… soutenu en cela par tous les moutons du PS qui sont prêts à renier leurs idées du moment que c’est la gauche qui le propose au nom d’idéaux bafoués.

Comment peut-on prêcher la liberté sur les estrades et être autant enfermé dans les logiques de partis ? Comment peut-on se présenter devant les électeurs comme des bergers, et devenir des moutons à Paris ?

A mes amis de la droite et du centre, aux élus de gauche qui ont encore une conscience, je dis :

« Ne votez pas cette proposition scélérate. Elle n’est pas à la hauteur de la grandeur de la France. Allons plutôt combattre l’Etat Islamique sur son terrain afin que les réfugiés puissent retrouver leurs biens. »

On ne réunit pas le Congrès pour cacher l’absence de décisions utiles.

Lire d’autres articles à ce sujet sur ce blog

1 commentaire pour “La « Déchéance de Nationalité » pour masquer l’absence de politique contre l’Etat Islamique !”

  1. Bonjour Yves,
    Tu as peut-être raison. Ceci dit savoir qu’un (une) terroriste touche les allocations et le chômage, qu’il (elle) se fait rembourser ses frais dentaires , a le droit de voter etc…Je t’avoue que cela me chiffonne un peu…..beaucoup.
    On nous a dit que le type qui a loué les voitures l’autre jour en a eut pour plus de 1000 euro par voiture avec un revenu de 750. Si moi je fais une carte bleu qui dépasse de 1 euro le montant autorisé c’est refusé.
    Il est évident que retirer la nationalité à quelqu’un ne l’empêchera pas de nuire. Mais pourquoi lui offrir tous les avantages (et ils sont nombreux) de quelque chose sur laquelle il crache..
    Il ne me viendrait jamais à l’idée d’inviter quelqu’un chez moi qui déclare haut et fort je vais trucider ta famille tes amis et mettre le feux.
    Et quand je vois ce qui s’est passé à Cologne, je pense quelqu’un qui en son temps « chassa les marchands du temple à coup de fouet » pourtant cette personne était l’incarnation du bien.
    Il serait peut-être utile de rappeller aux élus que les électeurs ont EUX AUSSI été à l’école.
    Eric

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.