Le Mouvement de la Ruralité vient de créer son propre groupe au Conseil Régional.

Pour le Président National de LMR, Eddie Puyjalon, et les élus du groupe, il est devenu urgent de répondre politiquement à la situation de crise profonde que traverse notre pays et de clarifier l’engagement de sa formation politique en vue des prochaines élections régionales.

Au moment où les élus écologistes, nouveaux élus des métropoles, jour après jour, démontrent  leur méconnaissance totale de notre monde rural, de ses valeurs, qui sont aussi les valeurs profondes de la France. Nous voulons réaffirmer haut et fort notre amour de la France, de la Nouvelle-Aquitaine et de l’ensemble de ses territoires. Face aux absurdités proférées récemment, nous pensons que le bon sens rural doit, de nouveau, servir de guide à l’ensemble nos politiques, y compris dans les zones urbaines.

Sans pour autant être une rupture de fond avec le groupe LR, il fallait par cohérence préparer l’action politique spécifique à la situation de nos territoires, aussi bien sur le plan National que Régional.

Ainsi, face à la véritable fracture territoriale que nous connaissons aujourd’hui ; par la crise économique , sociale, numérique des territoires ruraux ; par la Métropolisation frénétique soutenant une inégalité géographique croissante ; par une politique de mobilité inadaptée aux besoins que nécessite la réindustrialisation de la Région ; mais aussi par la guerre farouche faite contre nos traditions, nos valeurs, notre mode de vie, et par les mauvais choix d’orientation de la transition écologique portés par l’exécutif : les choix d’une écologie déconnectée de la réalité à l’exemple des éoliennes ou du réensauvagement de la nature avec les grands prédateurs, de l’antispécisme et de la mise sous cloche de la nature.

Jamais le monde rural n’a été autant attaqué, qu’il s’agisse de la situation des maires ruraux ou des habitants des campagnes, c’est tout un art de vivre et un aménagement du territoire qui est aujourd’hui menacé par des politiques déconnectées, punitives et autoritaires. C’est toute l’approche qu’il faut profondément repenser.

Notre groupe s’inscrit clairement dans l’opposition à Alain Rousset aujourd’hui et aspire à le faire battre en 2021. La politique d’Alain Rousset, l’un des parlementaires qui a voté pour la loi NOTRE et contre les territoires, est hyper centralisée à Bordeaux, elle s’intéresse aux grands groupes mais pas aux petites entreprises, elle refuse d’investir dans les axes de communication et néglige les transports collectifs.

Notre projet politique s’appuie au contraire, sur l’aménagement des territoires, sur les transports, l’équipement numérique (FTTH), les créations d’axes routiers, les transports du quotidien, pour connecter entre eux tous les territoires de notre belle région et rapprocher les bassins de vie et les bassins d’emplois, développer les TPE dans tous les domaines, l’agriculture, la forêt, l’industrie de 1ère et 2ème transformation, afin que chacun puisse travailler à l’endroit où il souhaite habiter.

Il fallait engager LMR sur la voie des prochaines élections régionales pour apporter une vraie réponse à ces problématiques, celle du bon sens face à tous les intégrismes et autres politiques destructrices de notre idéal de vie.

Pour LMR et la France rurale il est important de s’engager et de dire : ça suffit !

Eddie Puyjalon
Président national LMR
Président du groupe LMR Nouvelle-Aquitaine

Marie Agélique Latournerie, Conseillère régionale LMR de Gironde

Philippe Rabit, Conseiller régional LMR de la Vienne.

Yves d’Amécourt, Conseiller régional LMR de Gironde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *