« L’encre et la sève » : 1902-1914, la bataille pour l’AOC Bordeaux !

1902-1914 – De la bataille des appellations à la Grande Guerre. Vingt ans après avoir vaincu le phylloxéra, le monde viticole est ébranlé par le fléau de la surproduction. Les crus de prestige tentent de tirer leur épingle du jeu grâce à la délimitation de leur territoire, quitte à ruiner les vignerons qui en seront écartés. Misant sur l’accession à la présidence de la République d’Armand Fallières, lui-même vigneron en Gascogne, le Haut-Pays (Lot, Dordogne, Lot-et-Garonne) se lance dans un combat désespéré pour ne pas être exclu de l’appellation Bordeaux.

Tandis que des émeutes ensanglantent le Midi, Bertrand Contou, jeune journaliste à La Dépêche de Toulouse, puis écrivain, se trouve profondément bouleversé par ce nouveau drame qui menace le monde paysan. Meurtri par un amour déçu, tourmenté par le mystère qui entoure son enfance, il décide de retourner à la terre et de participer à la lutte des vignerons pour leur survie.

Après Les Ombres du canal et Prends la lune, baya ! voici le troisième volet de la saga historique d’Alain Paraillous. Ces pages, parfois brûlantes de sensualité, relatent, sur fond de luttes paysannes, la vie passionnante et passionnée de ce jeune homme partagé entre « l’encre et la sève ».

À travers lui, l’auteur rend un vibrant hommage à la génération perdue de ceux qui, après avoir défendu la cause de leur terroir, périrent dans le gigantesque charnier de la Grande Guerre.

Sur ce sujet on peut lire aussi sur ce blog l’article « bassin de production« 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.