Les 10 ans de sacerdoce du Père Christophe Picault.

Pere Picault.JPGNous étions nombreux, ce matin, à l’église Notre Dame de Sauveterre, puis à la salle des fêtes rue Saint Romain, pour fêter les 10 ans de sacerdoce du Père Chritophe Picault, notre curé.

« Tous ensemble, que l’on soit laïc ou religieux, avec chacun notre charisme, chacun notre regard sur le monde et sur les hommes, nous pouvons faire en sorte que l’on prenne soin du plus petit, que l’on ne laisse pas à l’écart celui qui souffre, que l’on permette à chacun de faire fructifier ses talents et que l’on fasse vivre la fraternité qu’elle soit républicaine ou chrétienne ! »

Cher Père Christophe,

Nous sommes réunis aujourd’hui autour de vous, paroissiens, élus, amis, pour fêter avec vous vos dix ans de sacerdoce.

Nous sommes nombreux aujourd’hui.

Nombreux car votre arrivée en 2007 à Sauveterre était pour ainsi dire inespérée… Lorsque nous avions appris le départ du Père Christian Naillou pour Lourdes les paroissiens inquiets avait fait une démarche auprès du Vicaire Général, le Père Gérard Faure. Le projet était un rapprochement de paroisse bien plus que la nomination d’un nouveau curé à Sauveterre.
Aussi, lorsque la nouvelle de votre nomination a été officialisée par le Père Gérard Faure, tout le monde a-t-il été très heureux et très satisfait.

La transition avec le Père Naillou c’est passé de façon admirable, et, très vite vous avez pris la mesure de votre tâche : 22 paroisses et plus encore de clochers, des paroissiens heureux d’accueillir un jeune prêtre –vous êtes né en 1968, comme moi -, de nombreux baptêmes, communions, mariages, et sépultures. Deux maisons de retraites et une résidence pour personnes âgées à visiter, un collège, une multitude d’enfants repartis sur tout le territoire.

Votre voiture bleue, de loin, peut être prise pour une voiture de gendarmerie… Mais de près, elle attire le regard des gendarmes… Monsieur Chauvet a bien essayé de suggérer que vous en changiez, mais vous y êtes très attaché… Et puis quand elle tombe en panne, vous avez toujours des vêtements… sacerdotaux (ça sert d’auto)…

Cette voiture, toujours immatriculée dans le Poitou nous rappelle, que vous êtes de passage… Nous le sommes tous. Mais de temps en temps vous confiez à qui veut bien l’entendre que vous resterez à Sauveterre jusqu’à votre retraite ! Vous y êtes le bienvenu.

En quelques semaines, en 2007, vous avez fait la connaissance de très nombreux habitants de notre territoire. Le fait que vous portiez la soutane a surement aidé. C’est un peu comme si vous portiez votre carte de visite en bandoulière !

Au début, voyant que vous portiez la soutane, un certain nombre de paroissiens se sont demandé si vous n’étiez pas «intégriste» ou « traditionnaliste »… Mais vous les avez très vite rassurés : « on peut aimer la tradition, sans être traditionnaliste ».

Vous êtes présents à chaque fois que les familles ont besoin de vous, dans les moments les plus joyeux comme dans les plus douloureux. Vous êtes près à annuler une réunion fut-elle importante, pour accompagner une famille dans le deuil.

Vous siégez au CCAS, et vous gérez, avec la commune, la chambre de passage où nous accueillons les SDF, les voyageurs de passage, les rares pèlerins de Compostelle qui s’écartent un peu de la route de Vézelay et passe par Sauveterre.

Vous avez créé à Sauveterre, avec votre équipe, une antenne du secours Catholique qui vient compléter l’action sociale de la commune en proposant un lieu de parole et d’échange, et des vêtements, pour petits et grands.

Vous avez engagé des travaux dans le Presbytère qui est mis à votre disposition par la commune. Les services municipaux ont réalisé des travaux et vous en avez réalisé d’autres. L’ensemble a été embelli et nous vous remercions du soin que vous apportez ainsi à l’entretien du patrimoine commun. J’en profite pour remercier celles que le Père Naillou appelait « les filles » et qui vous aident chaque jour dans l’entretien du jardin du Presbytère qui est l’un des plus beaux jardin de la bastide.

Alors mon Père, cela fait trois ans que vous êtes avec nous, et nous avons l’impression, en fêtant vos dix ans de sacerdoce, que vous êtes avec nous depuis bien plus longtemps !
Originaire du Poitou, d’une famille rurale, vous avez été Curé à Melle, puis à Talence… Vous voilà à Sauveterre.

Je crois pouvoir dire que notre territoire a besoin de vous, oserai-je dire aussi que vous avez besoin de nous ?

Tous ensemble, en tout cas, que l’on soit laïc ou religieux, avec chacun notre charisme, chacun notre regard sur le monde et sur les hommes, nous pouvons faire en sorte que l’on prenne soin du plus petit, que l’on ne laisse pas à l’écart celui qui souffre, que l’on permette à chacun de faire fructifier ses talents et que l’on fasse vivre la fraternité qu’elle soit républicaine ou chrétienne !

Ensemble, à condition de ne pas se perdre dans des querelles futiles, à condition de privilégier le fond à la forme, à condition de transcender les clivages de toute sorte que nous propose nos contemporains. Ensemble, mon père, nous pouvons rendre le monde meilleur! Ensemble nous pouvons devenir meilleurs !

Et puisque depuis 1905, l’église et l’état sont séparés, pour le plus grand bien des deux, que vivent l’un et l’autre !

Vive notre grande Paroisse, vivent nos communes, vive la République !

7 commentaires sur “Les 10 ans de sacerdoce du Père Christophe Picault.”

  1. Le flaneur de la Vignague

    Qu’il soit fêté les dix ans de sacerdoce d’un curé ne pose pas problème en soit, ce qui pose problème c’est qu’un élu de la République, ne fusse-t-il que Maire c’est aussi un élu de la République, oubli sciemment que la loi du 9 décembre 1905 promulguant la séparation de l’Eglise et de l’Etat fait obligation aussi bien à l’Etat qu’aux collectivités territoriales de la respecter et qu’en l’occurrence la salle des fêtes, bâtiment public faut-il le rappeller, ne doit pas recevoir ce genre de manifestation. Et il est encore moins permis de l’organiser avec les deniers publics.

    Rien n’empêchait Monsieur le Maire d’organiser la « sauterie » en son château de Bellevue avec ses propres deniers. Le panache n’en aurait été que plus grand.

    Mais comme l’a proclamé son modèle qui trône dans un palais de la République le curé sera toujours mieux que l’instituteur.

    Outre que la loi est violée, les citoyennes et citoyens de Sauveterre sont en droit de connaître le montant du budget que les élus municipaux ont alloué à cet exercice ?

    Que ferez-vous Monsieur le maire si un de vos administré vous assigne, pour ne pas avoir respecté la loi de 1905, devant la juridiction compétente ?

  2. Cher Flaneur,

    La paroisse a réservé la salle des fêtes de Sauveterre, comme tout un chacun peut le faire, et la commune de Sauveterre n’a pas versé un centime d’euro pour cette manifestation.

    Il ne s’agissait pas d’une cérémonie religieuse mais d’un anniversaire.

    Quant à moi, j’étais invité au même titre que les 22 autres maires des communes qui constituent le secteur paroissial de Sauveterre de Guyenne.

    Merci pour votre réaction d’homme averti qui me permet de donner cette explication.

  3. La paroisse est une association .
    Comme toute association de Sauveterre , elle a retenu la salle des fêtes en payant la caution demandée .
    La municipalité n’a rien à voir dans la manifestation de ce jour-là .
    Tant mieux ou tant pis, au choix, si le maire de la commune est aussi un paroissien convaincu .
    Il faut toujours se renseigner avant d’avancer des âneries , oh ! mystérieux flâneur !

  4. ce « flaneur » de la vignague me fait plus panser a un « planeur » ou un rapace pret a plonger sur n’importe quelle proie

  5. Cher flaneur qui préfère se cacher dérrière un pseudo, quel manque de courage, renseignez vous avant d’avancer n’importe quoi et rester du côté de la vignague peut être vers St Léger……

  6. Et voilà comment Monsieur le Flâneur de la Vignague
    va regretter d’avoir oublié de
    « tourner sept fois sa langue dans sa bouche
    avant de parler »,
    en l’occurrence, peut-être serait-il plus exact de dire : tourner sept fois sa souris sur son tapis
    avant de taper sur son clavier !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.