Maïs MON 810, et OGM

Aujourd’hui j’avais rendez vous avec Yves de Broc, faucheur volontaire. Nous nous étions rencontré sur le plateau de TV7. Un débat rapide sur les OGM. Yves de Broc est cultivateur de maïs Bio à Belin-Beliet.

J’ai expliqué à Yves de Broc combien je trouvais dommage l’amalgame qui est fait entre le procédé « OGM » et le maïs « MON 810 ». En faisant ainsi l’amalgame on interdit le dialogue, on empêche le débat et on reyarde l’arrivée des bons OGM. Car il y en a !

Le problème que pose le maïs MON 810 n’est pas lié à son caractère « OGM ». Le problème posé est celui de la propriété du vivant -une entreprise peut-elle être popriétaire d’un être vivant ? Si oui, que ce passe-t-il quand cet être vivant en féconde un autre ? Qui est propriétaire des produits de cette fécondation ? -, le problème posé est celui d’une plante qui génère son propre insecticide, c’est un problème que nous pose la nature, aussi, avec certains champignons, certains arbres, etc…

J’ai proposé à Yves de Broc que l’on cesse de raisonner pour ou contre les OGM, en général, dans la mesure où il y a plein d’OGM connus, et une multitude que l’on ne connais pas encore! On a trop tendance a porter un jugement général, sur la base du cas particulier « Maïs MON 810 ». Par ailleurs, j’ai montré à Yves de Broc que la nature, elle même, produit des « OGM ».

Enfin, nous avons parlé de la notion de risque… Il me semble que certains OGM s’apparentent à du « bouturage cromosomique », ou a de « l’hybridation assistée » -ceux là ne me font à priori pas peur- quand d’autres s’apparentent à de la sorcellerie ! Curieusement, c’est souvent de ceux là dont on parle !

Notre débat fut très riche, très cordial et très instructif.

Lire sur ce blog un article concernant les OGM : OGM : la question est mal posée !

En savoir plus sur vigilanceOGM33. Je vous conseille de remplacer dans les textes « OGM » par « Maïs MON 810 ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.