Place du « 19 mars – cessez le feu en algérie » à Mourens

Le 2 mai 2004 la FNACA et le commune de Mourens inaugure la place du « 19 mars-cessez le feu en algérie ».

Mesdames, Messieurs, Chers amis,

Je vous remercie de m’associer à cette journée du souvenir et de la mémoire.

Dans notre famille, nous avons l’habitude de nous souvenir des morts en Afrique du Nord , le 8 août de chaque année. Car c’est le 8 août 1956 qu’Antoine, le frère de mon père, est mort au combat, à Tablat en Algérie, à l’âge de 28 ans.

La tristesse que nous ressentons tous aujourd’hui, que vous ressentez, je la ressens chaque fois qu’évoquant son souvenir en famille, je croise le regard de mon Père.

Vendredi dernier, nous étions nombreux à ressentir cette émotion, nombreux autour du Président du Conseil Général pour inaugurer la plaque commémorative où sont gravés tous les noms des jeunes girondins mort pour la France en Afrique du Nord.

Un orateur a cité une phrase de Sénèque que j’aimerai vous rapporter aujourd’hui car elle m’a beaucoup touché : « Elles sont toujours prématurées les obsèques d’un homme, lorsque sa mère y assiste »

Chers amis, je suis né en 1968, je n’ai donc pas connu cette période. Aussi, la jeune génération que je représente, vous remercie pour tout ce que vous faites pour honorer la mémoire de ceux qui sont mort pour notre pays. Le souvenir doit être entretenu, aussi, en famille et à l’école, avec l’aide du monde enseignant.

Connaître l’histoire permet de mieux comprendre le présent, et de préparer l’avenir. Je me rendrai chaque fois que je le pourrai à l’invitation de ceux qui entretiennent le souvenir des anciens combattants d’Afrique du Nord. Merci de m’avoir convié aujourd’hui. Vive la France !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.