Régionales en Aquitaine : Jean Lassalle au secours de la ruralité … (Burdigala Presse)

Yves d’Amécourt, Jean Lassalle, Eddie Pujalon, Alain Merly et Rémi Ballarin à Sauveterre-de-Guyenne, après l’épisode de gel du printemps 2021

Le Mouvement de la Ruralité (ex Chasse Pêche Nature et Traditions) s’est allié au parti Résistons ! de Jean Lassalle, pour faire valoir une écologie loin du sectarisme vert, aux élections régionales en Nouvelle-Aquitaine. Il promeut une politique des « territoires », qui a peu à voir avec celle de Jean Castex…Par Quentin Hoster Valeurs Actuelles

Avec Yves d’Amécourt, ancien maire de Sauveterre-de-Guyenne (Gironde), sarthois filloniste et aussi candidat, le triumvirat laboure les terres de la plus grande région agricole et forestière d’Europe depuis déjà plusieurs semaines. La Dordogne, la Charente, la Creuse, la Haute-Vienne, un crochet par le Lot-et-Garonne avant un retour en Gironde…

Pour transformer l’essai, les têtes pensantes de la liste ont déjà prévu leur prochain coup. Un « happening » très rural, devant les locaux bordelais de Cap Sciences, où le journal La Tribune organisera le 3 juin un débat entre les « principaux » candidats, où Puyjalon n’est pas convié. Du Lassalle tout craché, cette idée…

Si la politique est faite d’apparences, Yves d’Amécourt prend celle du « spin doctor », plus en retrait. Homme de réseaux, l’atout stratégique de cette campagne rurale et frugale nous reçoit au milieu de ses vignes, à Sauveterre-de-Guyenne, en Gironde. Homme de réseaux et de bons mots, les affaires comme la répartie s’invitent aisément dans la conversation, coupée d’un appel d’Europe de l’Est, remerciée d’un « Spasiba ! ». Une malchance qu’à l’autre bout du fil, on ne parle pas un mot de russe… Comme un symbole pour cet adepte du « localisme » contre le « mondialisme », qui, comme d’autres, a quitté Les Républicains pour LMR. Plus authentique, plus enraciné. Presque un slogan de campagne, pour qui philosophe dans les pas de Francis Wolff, auteur de Utopies contemporaines (transhumanisme, animalisme, cosmopolitisme) et cite Le retour des corps intermédiaires, de Benjamin Labonnélie. Plus que de l’impressionnisme, un réel programme de restructuration des territoires, plaide Yves d’Amécourt : « Il faut rééquiper les villages moyens pour être le trait d’union entre les métropoles et zones rurales ». Le déploiement de la fibre optique serait un préalable, car, avec l’avènement du télétravail, les urbains qui étouffent se mettront massivement au vert, prédit-il : « Pour le prix d’un 50m² à Bordeaux, vous avez un hôtel particulier à La Réole ! ». En ce sens, Le Mouvement de la Ruralité fustige la faiblesse des investissements : 3,2 millions d’euros pour 32 communes girondines. Soit l’équivalent de trois ou quatre gros rond-point. Lequel de l’infrastructure, spécialité française si l’en est, ou du réseau véloce sera le plus utile ?

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.