Réponse d’Eddie Puyjalon au député Christophe Jerretie (Tulle)

Afficher l’image source

Monsieur le Député,

Vous avez bien voulu me solliciter au titre de candidat à l’élection régionale de Nouvelle-Aquitaine au sujet du transport et de la déserte ferroviaire de voyageurs.

Au-delà du protocole État/Région inscrit au CPER 2015/2020 et des travaux engagés pour le département de la Corrèze, vous m’interpellez sur certaines lignes concernées par votre département.

Le diagnostic que j’ai pu faire établir au plus près du terrain, montre que la ligne de Brive à Ussel nécessite des investissements chroniques, particulièrement entre Montaignac-Saint-Hippolyte et Meymac afin de ne pas abaisser la vitesse limite de la ligne sur cette section. La ponctualité et la rapidité restent des éléments moteurs de la fréquentation du train.

Concernant 2021, un budget de 3,8 millions d’euros est consacré au remplacement de traverses entre Montaignac-Saint-Hippolyte et Meymac et au remplacement d’environ 700 mètres de rail sur 3 zones distinctes. Il faut savoir que dans ces 3.8M€, il y a une part allouée au remplacement de quelques traverses sur la ligne de Brive à Objat pour éviter un abaissement de vitesse limite à 40km/h à l’endroit concerné. Le budget en question a déjà été voté et les travaux ont d’ailleurs déjà commencé. Aucun autre chiffrage n’a été réalisé pour les années à venir à ma connaissance. Il est donc difficile de s’engager véritablement sans un investissement à long terme.

Pour ce qui est de la ligne entre Limoges et Ussel, la régénération dont vous faites mention concerne essentiellement le remplacement de la totalité du système d’exploitation (signalisation) entre Le Palais-sur-Vienne et Meymac. Effectivement, le système en question est une CCIVG (commande centralisée informatisée par voie de gauche). Il est unique en France et aujourd’hui caduc, car les pièces utiles à sa maintenance ne sont plus fabriquées.

Des chiffrages sont en cours et devraient être disponibles dans les mois à venir.

À noter que sur cette ligne, une grosse partie de la voie est récente avec le remplacement traverses/rails/ ballast aux alentours de 2015.

Il est à mon sens utile de s’engager sur le remplacement du système d’exploitation dans la mesure où des travaux lourds et coûteux ont été réalisés sur cette ligne ces dix dernières années. Ne pas réaliser ces travaux reviendrait à rendre l’investissement déjà réalisé inutile, puisque le non-changement du système d’exploitation subordonnerait la fermeture de la ligne par obligation de sécurité.

Pour ce qui est de la dernière ligne à laquelle vous faites référence dans votre courrier, celle entre Ussel et Laqueuille, cette section de ligne est fermée depuis 2014 et fait partie du plan état/région 2015-2020. Pour autant, il s’agit là d’un projet orphelin pour lequel aucun chiffrage n’a été réalisé. Pourtant, sa réouverture paraît intéressante pour plusieurs raisons.

Tout d’abord, par ce qu’il s’agit du trajet le plus court entre Bordeaux et Lyon. De plus Clermont-Ferrand serait accessible depuis Bordeaux sans passer par Paris, mais aussi depuis Limoges d’autant que le projet Bordeaux-Lyon via Limoges de Railcoop n’inclut pas la desserte de Clermont-Ferrand.

De plus, l’engagement sur cette ligne engendrerait la pérennité des lignes de Brive et Limoges à Ussel. Ainsi, Ussel ne serait plus une gare “cul de sac”. Cette ligne permettrait le désenclavement de populations qui vivent en plein Massif central, et notre liste défend la vie et les populations rurales.

Cette réouverture pourrait donner un élan pour la réouverture des lignes d’Eygurande à Montluçon et de Laqueuille au Mont-Dore. Cette dernière n’est d’ailleurs plus utilisée que pour sortir des trains d’eau de l’usine d’embouteillage SMDA, or le Mont-Dore n’est aujourd’hui plus accessible par le train pour les voyageurs, ce qui constitue une aberration compte tenu du potentiel touristique dont dispose ce magnifique territoire.

Pour le financement de cette ligne, des informations laissent à penser que l’actuel président de la région Nouvelle-Aquitaine aurait accepté une partie du financement à laquelle serait ajoutée la part de financement de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Enfin, dans notre projet de développement des villes moyennes et des territoires ruraux, nous pensons utile d’engager une étude de faisabilité pour la réouverture de ligne de Brive à Limoges en passant par Pompadour et Saint-Yrieix-La-Perche, qui est fermée depuis 2018 entre Objat et Saint-Yrieix-la-Perche. L’effondrement d’un talus à hauteur d’un viaduc à Vignols a été l’occasion de la fermer. Pourtant, cette dernière était massivement empruntée par des travailleurs et des écoliers quand les horaires étaient adaptés.

La liste “Le Mouvement de la ruralité, résistons avec Jean Lassalle” s’engage résolument pour la défense des petites lignes sur l’ensemble de la région, en privilégiant et en réallouant les fonds prévus pour réaliser le TGV Bordeaux-Toulouse en lieu et place où ceux de la Pau/Canfranc.

Espérant avoir répondu à l’ensemble de vos questions, recevez, Monsieur le Député, l’assurance de mes sentiments les meilleurs.

Eddie PUYJALON


à Monsieur Christophe JERRETIE
14 avenue Victor Hugo
19000 TULLE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *