Réunion à Caudrot le 30 mai autour de Philippe Dubourg

En présence de Monsieur le Maire de Caudrot, de Jacques Valade, d’Annie Garrissou, de Marie-France Théron. Le collectif des viticulteurs (MM Cousiney, Tauzin, M et Mme Jean et Mme Soum) était présent pour aborder le sujet de la viticulture.

6 commentaires sur “Réunion à Caudrot le 30 mai autour de Philippe Dubourg”

  1. Yves d'Amécourt

    Je n’ai pas tenté d’intimider Renaud Jean. Nous nous connaissons assez. Il connait les dossiers et moi aussi, et comme il l’a dit devant vous alors que nous trinquions à la fin de la réunion, « nous partageons un certain nombre d’analyse ». Pour ce qui est du fond du débat, et de la crise viticole, tous ces thèmes sont traités au travers d’articles publiés sur ce blog.

  2. Un commentaire explicite du meeting aurait été plus intéressant que quelques photographies . Quelles propositions a fait M Dubourg et fera t il pour la filiére viticole à part rejoindre les caves coopératives?
    Nos systémes de vinifications doivent rester complémentaires et non s’opposer.
    Nous n’avons eu aucune réponse à : Pourquoi inciter à chaptaliser alors que le réchauffement climatique et les faibles rendements nous provoquent des dégrés alcooliques déja trop élévés!
    Nous sommes restés aussi sur notre fin quant à la raison de son mutisme sur la perte de l’appellation Sauternes.
    (nb tout le monde peut faire du vin sucré appelé Sauternes dans le monde…sauf en Europe. Merci M Bussereau).

  3. Malgré votre tentative d’intimidation envers M JEAN, il s’est bien "défendu", avec ironie et répartie.
    il doit être déçu des non réponses de votre candidat. puisque c’est vous et M Valade qui lui avaient "répondu".
    je reste un peu sur ma fin!

  4. Yves d'Amécourt

    Cher Renaud JEAN, ce n’est pas tout à fait ce que j’ai dit… J’ai dit que j’étais l’initiateur du Blocus, et que j’assumais ce rôle. Nous n’avons pas assez de recul aujourd’hui pour en juger. Le Blocus était la mise en application d’un prix minimum, dont nous avons tous été les portes paroles! Je n’ai pas porté de jugement sur l’efficacité des différentes mesures de réduction de l’offre : j’ai dit qu’elles n’avaient pas permis de rétablir un prix rémunérateur. Ensuite j’ai regretté que la prime d’arrachage ait été diminuée par le CIVB et que les services de VINIFLHOR, donne moins de prime pour des vignes en mauvais état, ce qui est dissuasif et le contraire de l’objectif poursuivi…

  5. il est vrai qu’aujourd’hui nous partageons souvent les mêmes analyses sur la crise viticole. Cependant Yves a reconnu, lors de notre échange verre à la main, qu’il s’était trompé dans sa gestion de crise lorsqu’il était encore aux affaires syndicales. les mesures de réductions de l’offre ( arrachage,distillation et blocus)furent et restent couteuses et inefficaces.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *