“Un jour je partirai … en vous offrant mon vin” (Raymond Roux)

Raymond_Roux.JPGCe samedi à 15 heures, à Mourens, nous avons accompagné Raymond Roux vers sa dernière demeure. Je ne connaissais pas Raymond Roux, mais je connaissais son fils Daniel et son petit-fils Nicolas, viticulteurs eux aussi. A l’occasion de cette sépulture, nicolas a lu un poême écrit par son grand-père. “Un jour je partirai…en vous offrant mon vin, que vous boirez pour moi, en levant votre verre, à votre santé et à votre destin…”. Cet après midi, Nicolas est venu me porter une bouteille de ce vin de Coulonge, dont parle le poême. Nous le boirons ce soir. Il m’a autorisé à publier ce poême sur mon blog en souvenir de Raymond Roux, son grand-père, “vigneron passionné, écrivain à ses heures et chrétien de chaque instant”

un_jour_je_partirai.JPG

En publiant ce poême je pense à un autre viticulteur passionné qui nous a quitté samedi, Christian Luis. Il avait 48 ans.

2 commentaires sur ““Un jour je partirai … en vous offrant mon vin” (Raymond Roux)”

  1. C’est avec une grande émotion que je vois et lis à nouveau papy sur votre blog. Notre grand-père aurait adoré entrer ainsi dans les nouvelles technologies, lui qui était si curieux de tout…Ils nous a transmis à mon frère et à moi la passion dans nos métiers respectifs: l’enseignement en ce qui me concerne et la viticulture pour mon frère. Il est heureux, j’en suis sûre, de savoir que son poème ainsi lu par les internautes, contribue peut-être à redonner un souffle d’espoir et de motivation au monde viticole après des moments parfois difficiles…Merci pour lui et buvons tous à sa santé comme il le souhaitait…!

  2. C’est mon cousin Daniel qui m’a donné l’adresse de votre blog .Cest aussi avec beaucoup d’émotion que je viens de lire votre article sur mon oncle que j’aimais beaucoup il ressemblait tellement à son père mon grand père avec qui j’ai beaucoup apris sur la vigne sur l’histoire et tant de choses de notre belle région . Coulonge était pour nous un havre de Paix où nous trouvions toujours le sourire , en plus il nous suffisait d’ouvrir les yeux d’admirer cette trés belle propriété . C’est avec une grande joie que chaque fois que je redescends en Gironde je vais voir mes cousins des passionnés de leur si dur travail car je sais oh combien le monde viticole souffre par moments mais gardons l’espérance . Merci pour sa famille .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *