Une tribune dans Objectif Aquitaine

Les difficultés financières d’un certain nombre de départements s’expliquent par un effet de ciseaux combinant deux facteurs : la hausse des dépenses sociales et la baisse des «droits de mutation». Les dépenses sociales représentaient globalement en 2008 une dépense de 11,4 milliards d’euros, dont 3,8 restaient à la charge nette des départements.Dans ce schéma général, la Gironde, s’en sort plutôt bien. Fin 2009, sa dette représentait 4,7 fois son épargne brute annuelle (audit KLOPFER).

Je participerai à un séminaire organisé les 26 et 27 Mai prochains avec les Présidents de Conseils Généraux du groupe DCI de l’Assemblée des Départements de France, à Chartres, où sera abordé ce sujet.

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.