A Sauveterre, le Syndicat des Bordeaux et Bordeaux Supérieur fait salle comble.

Syndicat_001.JPG

Réunion du Syndicat des Bordeaux, ce mardi matin, à la salle des fêtes , rue Saint Romain. Bernard Farge, Président du Syndicat, viticulteur à Mauriac, comme à son habitude, a été convaincant, didactique, pédagogue.

Au menu : VCI (Volume Complémentaire Individuel), VSIG (Vin sans Indication Géographique – C’est à dire « Vins de France »), Réserve, …

Syndicat_002.JPG

VCI (Volume Complémentaire Individuel) : C’est le nouveau système obtenu ces derniers mois qui permet, lorsqu’une année est généreuse, de conserver dans le chai, les vins produits en excédent, afin d’assurer les récoltes victimes des aléas climatiques, les années suivantes. Une aut-assurance qui ne coûte rien au contribuable, rien à l’Etat, rien au viticulteur, si ce n’est un besoin de capacités de stockage. Nous avons tous en mémoire les années (1990-1991), (2007-2008). En 1990, en 2007, nous avons distillé des excédents de production, de qualité… En 1991, en 2008, la gelée à plomber nos comptes d’exploitation ! Grâce au VCI, ces phénomènes disparaîtrons.

On peut imaginer que dans 15 ans, chaque vitculteur disposera dans son chai d’une assurance « en liquide », non commercialisable de 15 hl de vin par hectare. Un volume qui pourra être mobilisé en cas de grèle, de gel, d’aléa climatique…

Syndicat_003.JPG

VSIG (Vin sans Indication Géographique – C’est à dire « Vins de France ») :

Cette année, les viticulteurs de nos AOC sont incités à produire des « vins de France » sur 9 % des surfaces. L’objectif est de diminuer la production des AOC Bordeaux, sans dégrader l’équilibre économique des exploitations. En échange de cette production, les viticulteurs qui ont choisi cette option , peuvent produire et commercialiser 55 hl / ha d’AOC sur les 91% de surface restante. Les viticulteurs qui n’optent pas pour cette production, s’ils produisent 55 hl par hectare d’AOC, devront n’en commercialiser que 50 hl. Les 5 hl restant, sont mis en réserve, et seront débloqué en cas d’amélioration du marché des vins de Bordeaux, ou, sur des critères individuels, étudiés au cas par cas.

Syndicat_004.JPG
Jean-Philippe Code, responsable du Service Economie et Etudes du CIVB.

En savoir plus sur le VCI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.