Embouteillages…

Est-ce un signe de la reprise ? Est-ce une volonté des verriers de créer la pénurie ? Est-ce un problème d’outil de production ? Le résultat est là : à Bordeaux et en France, les bouteilles manquent cruellement pour mettre nos vins en bouteilles…Les commandes pour les Foire aux Vins d’Automne vont bientôt tomber, et nous n’avons pas de flacon !

Le marché de la bouteille de vin est partagé entre 3 opérateurs principaux : 1 opérateur espagnol « VIDRALA », 2 opérateurs français « St Gobain » et « BSN »…

Les premiers signes de cette pénurie sont arrivés l’été dernier… Personne n’y croyait vraiment. Alors que nous étions heureux de constater les prémices d’une reprise de nos ventes (en volume), le bruit courait que les flacons allaient manquer… Nous prenions ça pour un signe de la reprise. Mais derrière le bruit, arrivait effectivement les premières commandes de bouteilles refusées. Quelques mises prévues pour l’été furent annulées. Quelques marchés perdus faute de « frontignan » ! Incroyable !

Aujourd’hui le marché de la bouteille se durçi.

Nombre de mises en bouteilles sont repoussées faute de récipiant. Le manque incite les gros opérateurs à faire des stocks, alors que ce marché fonctionnait habituellement en flux tendu. Le résultat est imparable : les difficultés d’approvisionnement entrainent la pénurie !

Les bouteilles blanches qui reçoivent les vins liquoreux et les vins rosés sont quasiment introuvables. Les bouteilles vertes sont monnaies rares… L’inquiétude grandit un peu partout. Il y a quelques mois nous avions du mal à vendre nos vins. Aujourd’hui, s’ils sont vendus, nous avons bien du mal à trouver des bouteilles pour les conditionner !!!

On dit que certain négociants commandent des bouteilles au Brésil, d’autres en Chine… Fantasme ou réalité ? Aller chercher des bouteilles en Chine pour les remplir à Bordeaux et les exporter en Chine, tout cela n’est pas très conforme au développement durable, et pas très bon pour notre « bilan carbone » !

Les nouveaux emballages se développent, notamment le « bib » (bag in box : fontaine à vin). La bouteille plastique « bordelaise » du type de celle qui reçoit l’eau minérale « les abatilles » donne idées. Mais la bouteille en verre reste le conditionement préféré du marché.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.