Communiqué du Groupement des Eleveurs Girondins

A l’occasion de la venue du ministre de l’agriculture la semaine prochaine en Gironde, nous souhaitons l’alerter sur la situation particulière que vivent les Eleveurs Girondins et leur filière, au regard de l’épizootie de Fièvre Catarrhale Ovine ( FCO ).

Compte tenu de l’apparition d’un foyer de sérotype 1 sur le territoire départemental début avril 2008, la Gironde est l’un des deux départements de France, avec la Charente Maritime, à avoir la quasi totalité de son territoire réglementé pour les deux sérotypes 1 et 8.

Cette situation a pour conséquence d’imposer la double vaccination 1 et 8 afin de pouvoir recommencer a exporter les broutards vers l’Italie.

Les doses de vaccin d’urgence ( 600 doses, pour les broutards à exporter), concernant le sérotype 8 attribuées début avril, n’ont par voie de conséquence pas été utilisées dans l’attente des doses de vaccin du sérotype 1.

Suite à la réunion du comité de pilotage national du 17 avril dernier la livraison des doses de vaccin sérotype 1 est annoncée pour fin juin 2008, ce qui retarde de façon très inquiétante la couverture vaccinale des broutards et donc leur exportation.

En effet le délai imposé pour l’export est de 90 jours à compter de la première injection (30 jours pour le rappel auxquels s’ajoutent 60 jours supplémentaires pour la couverture vaccinale)

Compte tenue d’une mise en place sur le terrain qui vraisemblablement ne pourra être effective avant le 15 juillet, les broutards girondins seront bloqués sur les exploitations jusqu’au 15 octobre prochain.

Cette situation aurait un impact économique catastrophique pour l’ensemble de la filière élevage départementale dont l’activité à l’export, totalement interrompue depuis le 4 mars, se retrouverait bloquée pendant plus de 7 mois.

Dans un département traditionnellement orienté vers la production de bovins maigres, les conséquences seraient désastreuses pour les exploitations (surcoûts de production, absence de trésorerie, pertes d’exploitation…), et pour la filière de commercialisation amputée de 50% de son activité sur cette longue période ( conséquences directes sur l’emploi…) , mettant en danger la pérennité même de l’élevage Girondin.

Dans ces circonstances spécifiques, propres au département , nous sollicitons le ministre de l’agriculture pour qu’il donne une suite favorable à la demande des Services Vétérinaires de la Gironde, en attribuant sans délai au département de la Gironde, 3000 doses d’urgence de vaccins sérotypes 1 et 8 pour la vaccination des broutards destinés à l’exportation.

Le 2 Mai 2008
Le Conseil d’administration du GEG

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.