« La plus grande crise alimentaire de l’histoire arrive » Pieter Cleppe.

Les dommages causés par l’invasion de l’Ukraine par la Russie aux chaînes d’approvisionnements alimentaires mondiales semblent être encore plus importants que ce que l’on craignait. Selon certaines estimations, la production agricole de l’Ukraine destinée au marché mondial serait réduite de moitié. La pénurie mondiale d’engrais, également exacerbée par la guerre, menace de réduire les récoltes. Combinée à la sécheresse, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) met en garde : « Une action humanitaire ciblée est nécessaire de toute urgence pour sauver des vies et des moyens de subsistance dans les 20 points chauds de la faim ».

En outre, l’Inde a décidé de suspendre indéfiniment les exportations de blé. Cette décision vise à « assurer la sécurité alimentaire nationale », même si des échappatoires demeurent pour certains pays. Cette décision est également le résultat d’une vague de chaleur en Inde qui entraînerait la perte de plus de 15 % de la récolte. Alors qu’il y a quelques semaines à peine, on comptait sur des pays comme l’Inde pour pallier la pénurie alimentaire mondiale.

Le 24 février, une nouvelle ère a commencé, et une grande partie de l’approche réglementaire de l’UE n’est plus adaptée.

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.