La viticulture recule devant ses responsabilités

Le Mardi 9 mai au Conseil d’Administration de la FGVB (Fédération des Grands Vins de Bordeaux) nous a été posée la question suivante: « En juillet prochain le mandat de Christian Delpeuch, Président du CIVB (Interprofession Bordelaise) arrive à son terme. Souhaitez vous que nous lui demandions de faire 1 année de plus (OUI), ou bien souhaitez vous que nous présentions un candidat pour la viticulture comme c’est l’usage (NON) »

Voici les résultats du vote :

OUI = 15
NON = 3
Blanc = 2

Je ne vois pas personnellement l’intérêt de faire partie d’une fédération qui se contente de critiquer le CIVB –c’est souvent le cas depuis 2 ans-, et qui, le moment venu, alors que son tour vient d’en prendre la Présidence, refuse de le faire et demande au Président en place (négociant) d’allonger son mandat d’1 année.

Je regrette d’autant plus ce refus d’exercer les responsabilités, que le Ministre a annoncé son souhait de réformer les interprofessions dans les mois qui viennent (création d’interprofessions de bassin, évolution du statuts des interprofessions, changement des règles paritaires d’alternance du pouvoir, …). L’année prochaine sera donc capitale. Il aurait été important, dans cette phase, que le Président de l’Interprofession soit un viticulteur. J’ai personnellement fait part de ses remarques au cours du débat qui a précédé le vote.

C’est pour moi une grande déception. Car si « c’est au pied du mûr que l’on voit le maçon», force est de constater que là, il n’y a pas de maçon pour bâtir !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.