Le courrier de Virginie Calmels aux Agriculteurs

Les 6 et 13 décembre prochains auront lieu les élections régionales. Pour la première fois, vous serez appelé(e) à élire vos représentants dans le cadre de la nouvelle région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes. Cette nouvelle région devra relever le défi de la croissance et du développement économique. Votre décision sera donc déterminante pour les six années à venir.

Avec la liste de renouveau d’union de la droite et du centre que je conduis, je souhaite porter un projet guidé par trois impératifs :

  • Donner la priorité à l’emploi en libérant l’économie et en favorisant l’apprentissage, l’éducation des jeunes et la formation professionnelle,
  • Maîtriser la dépense publique pour réduire la fiscalité, en réduisant le train de vie de la Région et en allouant l’argent public plus à l’investissement qu’au fonctionnement,
  • Valoriser et respecter les territoires en investissant dans les infrastructures numériques, routières et ferroviaires.

L’Aquitaine-Limousin-Poitou-Charente sera la première région agricole de France et d’Europe. Non seulement par la taille – elle comptera 4,2 millions d’hectares de surface agricole utile, pour un chiffre d’affaires de plus de 11 Md€, soit 15 % du chiffre d’affaire agricole français.

L’agriculture ne se résume pas toutefois à des chiffres – ni pour vous, ni pour les consommateurs. L’agriculture est avant tout un vrai marqueur d’identité. Elle a fait notre histoire, façonné nos traditions, créé nos paysages : l’agriculture est le visage que le Sud-Ouest offre au monde.

L’agriculture, intimement liée à la richesse de notre art de vivre et de nos traditions, constitue également un important potentiel de croissance. Avec la liste d’union de la droite et du centre que je conduis, nous nous engageons au soutien des agriculteurs qui tous, par la qualité de leur production, font honneur à nos terroirs.

Notre premier chantier sera de faciliter l’amélioration des outils de production et la rentabilité du travail agricole. Dans cette perspective, je souhaite :

  • Soutenir la modernisation des exploitations, des bâtiments et des matériels agricoles.
  • Simplifier la construction de retenues d’eau collinaires autofinancées adaptées aux besoins des exploitations.
  • Faciliter les transmissions, notamment dans le cadre familial, et simplifier l’installation des jeunes agriculteurs.
  • Faciliter le recours à l’emploi salarié dans les exploitations agricoles.
  • Inciter les contrats de développement agricole entre les intercommunalités et les Chambres d’agriculture.
  • Favoriser les efforts de diversification de l’assolement en accompagnement des actions menées par les Chambres d’agriculture.

Nous voulons par ailleurs défendre et valoriser la qualité de notre agriculture. Contrairement aux idées reçues, la qualité de l’agriculture n’est pas réservée au bio : elle s’attache à l’excellence du travail et des savoir-faire d’agriculteurs qui doivent pouvoir vivre décemment de leur production.

La Région

  • Soutiendra les labels de qualité et les appellations régionales, ainsi que l’exportation de nos produits ;
  • Luttera contre l’inflation réglementaire frappant nos produits agricoles, y compris le vin ;
  • Valorisera les circuits courts en simplifiant les démarches administratives et en privilégiant les critères de proximité et les produits régionaux pour les cantines des lycées ainsi que les restaurants universitaires et administratifs, avec un objectif de 30 % de produits bio et 80 % de produits régionaux.

Ma volonté est de

  • Soutenir les aides à la conversion et au maintien au bio afin de permettre le développement d’une agriculture biologique viable sur le long terme ;
  • Appuyer l’enseignement agricole et le réseau des Maisons familiales et rurales.
  • Soutenir la chasse et nos chasseurs et reconnaître leur rôle pour l’équilibre des campagnes, des forêts, la vie des communes rurales et la préservation de notre environnement.

Enfin, la crise agricole l’a montré : il faut cesser de vouloir faire des agriculteurs des fonctionnaires européens ! Nous devons impérativement agir sur la formation des prix et les débouchés des productions agricoles. Dans cet objectif, je souhaite :

  • Conditionner les aides au secteur agroalimentaire et à la distribution au respect des accords interprofessionnels et à un juste prix d’achat aux producteurs.
  • Soutenir la diversification de l’activité agricole et la valorisation des produits secondaires de l’élevage et des cultures : cuirs, chaumes, lisier…
  • Aider les efforts de réduction des intrants énergétiques, alimentaires et phytosanitaires.

L’agriculture est un secteur économique essentiel de la future Grande Région : elle aura toute notre attention. Je demeure à votre écoute et vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mes salutations dévouées.

Virginie CALMELS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *