Les agriculteurs consacrent 15,8% de leur temps à des tâches administratives.

Aymeric Belaud

Un tiers des agriculteurs gagnent moins de 350 € par mois, avec des conséquences dramatiques. Selon l’étude Agrican de novembre 2020, si d’une manière générale les professionnels de l’agriculture sont en bonne santé, le risque de suicide est très élevé (+14 % chez les hommes et +46 % chez les femmes par rapport à la population française). Une des causes de ce mal-être paysan est l’excès de normes.

Les normes pullulent sur tout, partout. Il arrive même que l’agriculteur, dans son champ ou dans ses locaux, soit en infraction sans le savoir. La maxime « nul ne peut ignorer la loi » n’a jamais été aussi fausse que pour nos agriculteurs. Ces normes sont d’abord européennes : 80 à 90% des réglementations proviennent de Bruxelles[1]. Comme si cela ne suffisait pas, notre État tient à ajouter les siennes, provoquant un enchevêtrement et une complexité sans bornes quand il s’agit de les appliquer. Résultat, les agriculteurs, en 2016, passaient tous en moyenne 9 heures par semaine à remplir des formulaires pour 57 heures de travail hebdomadaire et 12% d’entre eux étaient même occupés plus de 15 heures par semaine par des papiers administratifs. Malgré les diverses lois de simplification, ils le sont toujours autant, voire plus. La simplification administrative n’a fait que transformer le formulaire papier en site internet, parfois surchargé et défaillant le dimanche, jour de la paperasse pour bon nombre d’exploitants agricoles.

Ces normes ont un coût démentiel pour nos agriculteurs. J’aime citer l’exemple d’un couple d’amis, ex-éleveurs laitiers. Avec une ferme de 80 vaches, ils ont arrêté leur activité. L’exploitation, en déficit de 30.000 € par an les quatre dernières années, devait se mettre aux normes demandées par l’État en 2011, pour un coût de 200.000 € ! Il était impossible de continuer dans ces conditions. Ce n’est malheureusement pas un cas isolé. Comment des jeunes pourraient-ils trouver l’envie, l’énergie et les moyens de s’installer ?

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.