Yves Damécourt

Biodiversité : Action Écologie publie une étude qui contredit le catastrophisme

Sous l’égide des Nations Unies, la Conférence sur la biodiversité (COP 15) va s’ouvrir à Montréal le mercredi 7 décembre. À l’image des grandes conférences sur le climat, cet évènement va être sans nul doute l’occasion pour les pouvoirs publics et les ONG de pousser un cri d’alarme. Selon eux, nous serions en train d’assister à l’agonie du vivant et à un effondrement dramatique de la biodiversité.

À la veille de cette grand-messe qui s’annonce funeste, Action Écologie publie une étude exclusive qui vient remettre en cause le catastrophisme et qui dévoile l’existence de très bonnes nouvelles qu’il est aujourd’hui malhonnête de vouloir ignorer.

Cette étude, rédigée par Bertrand Alliot, environnementaliste, ancien membre du Conseil d’Administration de la LPO (Ligue … Lire la suite

[Tribune] Comment sauver notre viticulture avant qu’il ne soit trop tard (2/2)

Imprimer, enregistrer en PDF ou envoyer cet article

Suite de la tribune publiée le 3 décembre.

Depuis 2013, les aléas climatiques se succèdent comme jamais auparavant. 2013, 2014, 2017, 2019, 2021, 2022. La grêle, le gel, les excès d’eau, la sécheresse… Le rendement moyen diminue fortement et met à mal l’équilibre économique des exploitations. Autrefois, lorsque la production baissait, le prix était revalorisé. Ce n’est plus le cas. Car il y a pléthore de stocks. À cause de la baisse de la consommation, d’une part, et de la crise du Covid, d’autre part.

Une augmentation des contraintes environnementales dont le coût n’est pas compensé par l’État

De très nombreux viticulteurs se sont engagés dans une certification environnementale (Bio, HVE[1]Lire la suite

[Tribune] Pourquoi les viticulteurs vont manifester à Bordeaux pour un « plan social » (1/2)

Imprimer, enregistrer en PDF ou envoyer cet article

Bien souvent, des manifestations sont organisées pour combattre les « plans sociaux ». Le 6 décembre, un collectif de viticulteurs de Gironde appelle au contraire à manifester à Bordeaux « pour un plan social », à savoir l’arrachage volontaire et subventionné de 15.000 hectares de vignes, sur les 110.000 que compte la Gironde.

À Bordeaux cohabitent plusieurs viticultures : d’un côté, la viticulture des crus classés en 1855 du Médoc et des Graves, des marques de luxe de Saint-Émilion ou de Pomerol, des vins de « haute couture » que le monde s’arrache, et, de l’autre, le « prêt-à-porter », les vins de tous les jours, que l’on trouve sur nos tables … Lire la suite

Manifestation des viticulteurs le 6 décembre 2022 pour un « plan social » à Bordeaux.

Bien souvent des manifestations sont organisées pour combattre les « plans sociaux ». Le 6 décembre un collectif de viticulteurs de Gironde appelle au contraire à manifester à Bordeaux « pour un plan social » à savoir l’arrachage volontaire et subventionné de 15000 ha de vignes sur les 110000 que compte la Gironde.

A Bordeaux cohabitent plusieurs viticultures : d’un côté la viticulture des crus classés en 1855 du médoc et des graves, des marques de luxe de Saint Emilion ou de Pomerol, des vins de « haute couture » que le monde s’arrache, et, de l’autre, le « prêt à porter », les vins de tous les jours, que l’on trouve sur nos tables et sur celles de nos brasseries, dans les pubs, … Lire la suite

[Tribune] EDF nous doit plus que la lumière, Emmanuel Macron aussi (2/2)

Imprimer, enregistrer en PDF ou envoyer cet article

Suite de la tribune publiée le 26 novembre.

Découpler le prix du gaz et celui de l’électricité

Le 30 septembre dernier Bruno Le Maire avait écrit à la commissaire européenne Margrethe Vestager, pour demander que soit remis en cause les règles du marché énergétique européen : « pour qu’on arrête une bonne fois pour toutes d’aligner le prix de l’électricité sur le prix du gaz ». Deux mois plus tard, et ce malgré l’urgence, rien n’a bougé ! Bruno Le Maire ne parle plus de « son combat » pour modifier les règles du marché européen, mais de « boucliers » et de « subventions ». Pour les PME cela s’appellera … Lire la suite

[Tribune] Dans mon courrier, la petite lettre d’EDF : jusqu’à 423 % d’augmentation ! (1/2)

Imprimer, enregistrer en PDF ou envoyer cet article

En visite au salon du « Made in France » le jeudi 10 novembre 2022, le ministre de l’Économie et des Finances Bruno Le Maire a assuré que l’État viendrait en aide aux entreprises pour faire face à la crise énergétique : « Nous avons protégé nos entreprises, notre tissu industriel pendant la crise du covid, nous protégerons notre tissu industriel pendant cette crise inflationniste. » Dans la foulée, il promettait des aides aux entreprises pour « réduire » la facture de gaz et d’électricité.

Le même jour, EDF, propriété de l’État français, envoyait aux entreprises qui ne bénéficient pas du tarif réglementé[1], une lettre leur annonçant des augmentations substantielles : … Lire la suite

Crise viticole­­­ : mobilisation syndicale le 6 décembre 2022 (FDSEA 33)

­­­
Depuis 2019 la viticulture bordelaise a subi les conséquences économiques du conflit Airbus-Boeing, les caprices du marché chinois, la crise sanitaire covid. Malgré les trop fréquents aléas climatiques, l’offre et la demande ne s’équilibrent pas.

Le réseau FNSEA a toujours plaidé pour la régulation des productions et des marchés.

En 2020, alors que se mettait en place la distillation de crise, nous déplorions que l’on ne puisse utiliser ces mêmes fonds pour financer un arrachage définitif aux effets plus durables.

Depuis deux ans nous débattons de cette idée auprès des différents interlocuteurs de la filière, des pouvoirs publics, du monde politique, de nos réunions syndicales locales jusque dans les instances nationales. Toutes les composantes de la filière viticole et de
Lire la suite

Mobilisons-nous, allons manifester pour l’avenir de notre profession le mardi 6 décembre à Bordeaux (Syndicat des Viticulteurs de Bordeaux).

Rendez-vous le mardi 6 décembre à Bordeaux, Place des Quinconces, à partir de 9h30.

Dans mon édito du mois dernier, je vous faisais part de l’aggravation ces derniers mois de la crise économique et de l’incertitude d’obtenir un arrachage primé. Les dernières avancées sont trop timides et aujourd’hui nous n’avons plus le temps. Les exploitations qui allaient bien hier se retrouvent en difficultés aujourd’hui, et si rien n’est fait, ce sera l’ensemble de la filière qui sera mis à mal. Il nous faut un soutien politique fort de l’Etat pour mettre en place des mesures efficaces de sortie de crise et sauver un secteur économique majeur pour notre département et notre pays.

Avant qu’il ne soit trop tard, pour … Lire la suite

EDF nous doit plus que la lumière. Emmanuel Macron aussi.

En visite au salon du « Made in France » le jeudi 10 novembre 2022, le ministre de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire a assuré que l’Etat viendrait en aide aux entreprises pour faire face à la crise énergétique : « Nous avons protégé nos entreprises, notre tissu industriel pendant la crise du covid, nous protégerons notre tissu industriel pendant cette crise inflationniste. » Dans la foulée, il promettait des aides aux entreprises pour « réduire » la facture de gaz et d’électricité.

Le même jour, EDF, propriété de l’Etat Français, envoyait aux entreprises qui ne bénéficient pas du tarif réglementé[1] , une lettre leur annonçant des augmentations substantielles : de +261% (Heures Creuses en Eté) à + 423% (Heures … Lire la suite

Je viens de recevoir une lettre d’EDF m’annonçant une augmentation de 400% de ma facture d’électricité l’année prochaine !

Ce matin sur Sud-Radio : Crise aux Urgences, Violences contre les agents publics, Factures d’énergie. Autour de Valérie Expert : Sophie de Menthon, Yves d’Amécourt, François Kalfon, Régis de Castelnau.

Mon coup de gueule ce matin sur Sud-Radio :

« Je viens de recevoir une lettre d’EDF m’annonçant une augmentation de 400% de ma facture d’électricité l’année prochaine ! Sur notre exploitation viticole, nous avons une facture annuelle d’environ 12000 €. Nous utilisons beaucoup d’électricité, surtout pendant les vendanges pour vinifier les vins : nous avons besoin de frigories pour refroidir les jus avant les fermentations alcooliques et de calories pour enclencher les fermentations malolactiques. Si mes calculs sont justes, l’année prochaine, la facture passera à 42000 € ! C’est … Lire la suite

[Tribune] France 2 : l’arbre qui cachait la forêt (Boulevard Voltaire)

Imprimer, enregistrer en PDF ou envoyer cet article

La semaine dernière, le service public de l’information, en l’occurrence France 2, avait choisi de programmer, en début de soirée, une émission sur les arbres ! L’idée était séduisante et surtout tellement utile au moment où les grands de ce monde se réunissaient à Charm el-Cheikh pour la 27e COP. L’émission avait comme générique « Aux arbres, citoyens », la chanson de Yannick Noah. La soirée était animée par Léa Salamé et Hugo clément. Elle était annoncée comme une émission « événement » car, pouvait-on lire sur le site de France 2« France Télévisions mobilise ses antennes autour des enjeux environnementaux et de la nécessité impérieuse de préserver notre planète, sa biodiversité et ses Lire la suite

[Tribune] Les écolos nous méga-bassinent !

Imprimer, enregistrer en PDF ou envoyer cet article

La semaine dernière, les réserves d’eau agricoles de Sainte-Soline, dans les Deux-Sèvres, ont été vandalisées par un collectif composé de l’extrême gauche et d’écologistes radicaux.

Ce combat contre les réserves de substitution ici, là contre les barrages ou les retenues collinaires, emmené par des ONG comme Greenpeace ou autres lobbies altermondialistes, s’attaque aussi à l’élevage, à la consommation de viande et à ce qu’ils nomment « l’agriculture agro-industrielle ».

Pour que le combat paraisse juste, il convient de trouver un nom qui fasse peur pour désigner l’ennemi : dans le cas des réserves d’eau de substitution de Vendée, de Charente ou des Deux-Sèvres, ce sera les « méga-bassines » !

Ensuite, il faut culpabiliser le peuple afin … Lire la suite

[Tribune] Vers une panne du crédit immobilier aux particuliers en France ? (Boulevard Voltaire)

Depuis quelques mois, les particuliers qui souhaitent faire un crédit immobilier reviennent souvent bredouilles : « Les banques ne prêtent plus ! »

L’État lance des opérations « cœur de ville » mais, dans nos villes et nos villages, la rénovation de l’immobilier de centre-bourg tient surtout à la volonté des investisseurs privés. Le plus souvent des particuliers ou des artisans, qui achètent et rénovent un bien pour l’habiter ou pour le louer. L’immobilier est le seul domaine où l’on peut investir sans avoir d’épargne. Les loyers permettent de rembourser les crédits sur le temps long, et la valeur de l’immeuble permet de garantir le risque pour le banquier. Le système est bien rodé et chacun y trouve son compte. Le banquier prête sans trop … Lire la suite

Commentaires récents