Dans la plus pure tradition des Samouraï, la France a pris l’habitude à intervalle régulier, de se faire Hara-Kiri… Heureusement elle se loupe ! C’est ce qui vient de se passer au sujet du vin, à l’assemblée nationale… Devenu pour l’occasion le « Pavillon d’Or » de Yukio Mishima !

Dans le domaine du vin, la France est incontestablement le dernier Samouraï ! Comme dans cette légende, le système et la culture ambiante n’acceptent plus la culture séculaire du dernier des Samouraï. Tout le monde reconnaît au Samouraï son talent, sa force, ses convictions… Tout le monde reconnaît en lui l’incarnation de ses propres racines. En l’admirant chacun fait le chemin de sa propre histoire et de ses origines. Mais dans un complexe oedipien, le système veut le supprimer, pour oublier qu’il l’a fait…

Tout le monde apprécie le Samouraï, car chacun sait combien il lui doit, combien on lui doit, combien la nation lui doit. Mais ainsi en a décidé « le système »… La culture Samouraï n’est plus à la mode, elle en devient même génante. Ceux là même qui ont tiré leur gloire des combats passés, choisissent d’adopter la pensée ambiante. Après avoir tant combattu, fait valoir ses droits, le dernier Samouraï, de dépit, doit se faire Hara-Kiri…

Le cérémonial est prêt. Il est à genoux. Son sabre entre les mains. Derrière lui se tient son meilleur ami. Il lui coupera la tête pour abréger ses souffrances.

Mais voilà, dans le cas du vin, le Samouraï acculé c’est aperçu qu’il n’était encore pas seul, ni même le dernier…

Alors que tout le monde s’attendait à applaudir l’acte héroïque du Samouraï s’immolant pour garder son honneur.
Alors que les médias du monde entier observaient éberlués la France immoler sa filière viticole.
Alors que d’aucun pensait que les viticulteurs se rangeraient à la raison et qu’ils accepteraient qu’on les qualifie d’empoisonneurs.
Alors que les jeux étaient faits. Des Samouraï ont surgis d’un peu partout pour signifier que leur culture était encore bien présente.
Des gens de l’étranger sont venus témoigner de leur attachement à la culture Samouraï.

Le vin en France ne se fera pas Hara-Kiri. Du moins pas cette fois ci. Cette fois encore, la culture et la vie l’ont emportés sur la mort.

1 commentaire pour “La France des Samouraï”

  1. In vino veritas!
    N’oublie pas Yves que : »le Vin c’est la France » et nous n’irons pas jusqu’à dire que « l’Eau c’est la sous- France » ce serait un mauvais jeu de mots mais ton exposé sur les Samouraïs avec la douleur de ceux qui allaient se faire hara kiri aurait pu nous y fairev penser s’ils ne s’étaient pas loupés comme tu le dis!!
    Cordialement Michel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.