Notre SMIC à nous, c’est 1000€ le tonneau

Edito du Flasch des Bordeaux et Bordeaux supérieurs – Yves d’amécourt – Septembre 2004

Chers collègues,

Notre SMIC à nous, c’est 1000€ le tonneau
Alors, en Bordeaux 2004, vendre
en dessous de 1000€, c’est NON!

En dessous de 1000 € nous travaillons pour rien. La diminution des prix de ventes ne permet pas une augmentation des volumes vendus. La diminution des prix de vente n’est pas toujours répercutée au consommateur. Quand elle est répercutée au consommateur, elle dévalorise notre image. D’ailleurs, le négoce le dit lui-même : « il n’y a aucun intérêt à mettre sur le marché les vins à ce prix là ».

Alors, puisque la filière n’est pas solidaire, nous devons être solidaire entre nous, nous aider les uns les autres. Il faut tenir bon. Qu’on se le dise partout, en dessous de 1000 € le tonneau nous ne sommes pas vendeur !

J’en appelle à tous les producteurs, qu’ils soient particuliers ou coopérateurs ! Pour sauver nos exploitations, nos salariés et l’ensemble de l’économie de notre région, nous devons tenir bon : en dessous de 1000 € le tonneau, nous ne sommes pas vendeur !
Au nom de la Solidarité Viticole !
Ne nous laissons pas impressionner par certains opérateurs. Pas un seul tonneau de Bordeaux 2004, ne doit être vendu en dessous de 1000 €!

Puisque les viticulteurs sont les seuls à pourvoir dire NON ! Alors, tous ensemble, disons NON, NON et NON ! En dessous de 1000€, c’est définitivement NON !

Yves d’Amécourt
Secrétaire Général du Syndicat des Bordeaux et Bordeaux Supérieurs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.