Pour qui se prend l’INAO ?

Jeudi par un vote sans concession (14 pour – 43 contre) le Comité National de l’INAO a pris position contre l’usage des morceaux de bois dans les AOC française. C’est un scandale ! Une fois encore l’INAO va contre la base des viticulteurs.

Nous sommes leader dans la fabrication des « morceaux de bois »
L’usage des morceaux de bois est répandu dans le monde entier, il permet de produire des vins adaptés aux goûts des consommateurs du monde. Qui plus est, dans le monde entier, on utilise des morceaux de bois qui sont produits à Bordeaux et dans les départements voisins de la Gironde ! Morceaux de bois que l’on valorise dans le monde entier mais qui sont interdit chez nous !

Le bois est le meilleur ami du vin
Il faut comprendre que si en France nous consommons le vin à table, ailleurs le vin est consommé en dehors des repas. Les vins que nous aimons structurés et tanniques sont souvent trop durs pour être consommé en dehors des repas. Les tanins sont comme des « poils », quand ils sont courts, ils donnent au vin de la dureté, comme le ferai un « paillasson ». Quand ils sont longs, ils deviennent « soyeux » et donnent au vin de la souplesse et de la rondeur. Le mariage des tanins du vin et des tanins du bois permet l’allongement des tanins et donne au vin une rondeur, une apparente sucrosité, …Depuis que la barrique existe le bois est devenu le meilleur ami du vin, pourquoi interdire son utilisation sous forme de petits morceaux, alors qu’elle est autorisée sous la forme de gros morceaux assemblés en barrique !

C’est un déni de démocratie
De nombreuses AOC française ont demandé, depuis longtemps, l’autorisation d’utiliser les morceaux de bois. Le principe des AOC est la diversité et le contrôle. Pourquoi, dans ces conditions vouloir interdire de façon unilatérale l’usage des morceaux de bois, pour toutes les AOC française ? Les AOC Bordeaux et Bordeaux Supérieur demandent l’usage des copeaux depuis plusieurs années afin de prendre des parts de marché à l’export. Et de permettre ainsi à une multitude de viticulteurs qui n’ont pas les moyens d’avoir accès aux barriques d’utiliser le bois, à moindre coût. De permettre à une multitude de consommateurs, qui n’ont pas la possibilité d’acheter des grands crus, vinifiés en barrique, d’acheter des petits crus vinifiés avec des morceaux de bois. Au nom de quoi l’INAO voudrait-elle réserver l’usage du bois et l’AOC aux seuls vins hors de prix ? Le « C » de AOC signifie « contrôlé », la demande des consommateurs est donc que l’usage des morceaux de bois soit contrôlé, par qu’il soit interdit !

Vive la diversité !
Que les crus classés s’interdisent l’usage des morceaux de bois ne me choque pas et ne choque personne. Mais dans la famille des AOC françaises il n’y a pas que des crus classés ! 80% des vins occupent le marché des vins entre 3 et 5 euros TTC la bouteille. Sur ce marché là, nous avons besoin des mêmes armes que nos concurrents pour séduire les palais des consommateurs !

Simplifier l’offre avec les AO, les AOC, et les AOCQM…
En voulant interdire les copeaux pour les AOC, l’INAO fait un acte d’irresponsabilité. Mais l’INAO annonce dores et déjà qu’elle va créer une nouvelle famille, les « AO », et que dans cette famille l’usage des copeaux sera autorisé… Dans les débats à Paris, ils appellent ça la segmentation.

Question à l’INAO : Qu’est ce qu’une AO ?
Réponse :Une Appellation d’Origine…
Q : Alors elle ne sera pas contrôlée ?
R : Si, si elle sera contrôlée quand même…
Alors pour simplifier l’offre française déjà très compliquée l’INAO propose de créer les AOCQM, les Appellation d’Origine Contrôlées Quand Même ! C’est vrai que ça simplifie l’offre…

Pas sans le Ministre
Ce qui est rassurant, c’est que pour que la décision de l’INAO ait force de loi, le Ministre de l’Agriculture doit l’accepter. J’espère qu’en cette période pré-électorale, Dominique Bussereau comprendra que l’INAO, une fois encore, est en complet décalage avec la base des viticulteurs qu’il est censé servir !
En fait, je ne suis pas rassuré du tout !

3 commentaires sur “Pour qui se prend l’INAO ?”

  1. Si, comme le prétend l’INAO, l’usage des copeaux dénature le goût du terroir, alors il ne faut pas s’arrêter à l’interdiction des copeaux, il faut aussi interdire l’élevage en barrique !!!

  2. L’INAO n’a pas le droit d’interdire. Elle a simplement le droit de ‘suggérer au Ministre d’interdire’ en proposant un texte à sa signature. Le Ministre n’a pas le droit de modifier les textes rédigés par l’INAO mais il a le droit de ne pas les signer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.