REM au tribunal !

Le lundi 6 novembre : audience au tribunal de grande instance de Bordeaux. Vous trouverez ci-après ma lettre au Président du Tribunal de Grande Instance danbs ce cadre.

A l’intention de Monsieur le Président du Tribunal de Grande Instance

Monsieur le Président,

Au mois de juin ou juillet 2005 j’ai reçu un coup de téléphone de Marcel Gardais, trésorier de l’association AEITEM qui a la gestion de Radio Entre Deux Mers. Monsieur Gardais me signalait qu’il avait eu une conversation avec le Président de la Radio qui lui avait signaler : « que le compte en banque de l’association était en découvert de 10 000 € et que la banque (Caisse d’Epargne) coupait les robinets ». Par ailleurs il me signalait que le Président de la Radio, Georges ROBERT souhaitait mettre fin à Radio Entre Deux Mers et qu’il allait convoquer une Assemblée Générale.

Je demandai à Marcel Gardais d’organiser rapidement un rendez vous avec Georges Robert pour sauver REM. Ce rendez vous eu lieu le mercredi 20 juillet à 10h30 dans les locaux de la Radio. Au cours de ce rendez vous Monsieur ROBERT me confirma ce qu’il avait déjà dit à Monsieur Gardais.

Je lui proposai d’organiser une réunion avec la banque le vendredi suivant 29 juillet à l’occasion de la fête des vins. Dans la mesure où la Caisse d’Epargne sponsorise le concours Qualité des vins de Sauveterre, ce vendredi, tous les cadres de la caisse d’épargne sont présents.

Cette réunion a eu lieu à mon domicile. Etaient présents les membres du bureau de REM ainsi que Christian SOLER de la Caisse d’Epargne Aquitaine Nord. Monsieur Soler fit part de l’état des comptes de la radio :

  • non versement de la subvention de 26000 € attendue du CSA
  • dégradation des dépenses

Georges Robert fit alors part des solutions envisagées pour le redressement :

  • licenciement de Françoise Richard, animatrice
  • diminution des frais de déplacements avec la démission du Président actuel (Monsieur Robert habite Montauban depuis 2 ans)
  • attente de la subvention du CSA prévue pour le mois d’octobre 2005

Sur la base de ces propositions Monsieur Soler annonça que la Caisse d’épargne serait patiente. Pour ma part je proposais de me mettre en quête de volontaires pour former un nouveau bureau dans l’urgence.

Le sur lendemain, le Dimanche soir, sur le site de la fête des vins, j’entretenais de ce projet un groupe de jeunes couples dynamiques, tout en les mettant en garde contre les finances désastreuse de la Radio : M et Mme Léglise, M et Mme Giroux, M et Mme Icard, M André et Mme Zefel. Après 1 heure de réflexion il revenait vers moi pour m’annoncer qu’ils étaient volontaires.

Le 30 août une réunion était organisée dans les bureaux de la Communauté de Commune afin de tenir les volontaires informés de l’état du dossier : comptes, engagements de la caisses d’épargne dossier présenté au CSA (FSER), etc…

Le 31 août se réuni une Assemblée Générale convoquée par Georges ROBERT. Son intention était de démissionner et de confier la Présidence de la Radio à Olivier Giroux. Dans une courte réunion qui précéda cette Assemblée Générale, je rappelai à Georges Robert ce qui avait été convenu : « le nouveau Président ne prendra ses fonctions qu’après le versement de la subvention du CSA ». Georges Robert n’était pas très content mais c’est ce qui fut décidé lors de la réunion qui suivi à laquelle je n’assistais pas.

Après cette date Olivier Giroux et ses amis ont rencontré l’Expert Comptable (Aquitaine Expertise et Audit), ils ont mis à plat tous les comptes, ils ont signé des échéanciers avec tous les créanciers.

Pour ma part j’ai tenu informé la Caisse d’Epargne de l’avancement du projet et j’ai écris au CSA pour faire accélérer le versement de la subvention. La subvention n’a été versée que beaucoup plus tard (début janvier 2006 ?). Olivier Giroux n’a donc pu prendre les dispositions pour réunir une nouvelle assemblée générale, élire un nouveau bureau qu’après cette date.

Pendant cette période d’à peu près 6 mois, de nouveau animateurs ont rejoint REM. Parmi eux des animateurs de la première heure qui avaient quitté la Radio à cause de mésentente avec Georges ROBERT : Dany Cortot, Pierre Daniel et Benoit Sokol.

Je les ai rencontré à plusieurs reprises, notamment le 4 octobre 2006 a la demande de Pierre Daniel, pour lequel j’ai une grande estime, pour leur expliquer la situation « ambiguë » dans la quelle se trouvait le futur Président, qui ne pourrait l’être effectivement que lorsque la démission de Georges Robert serait effective soit après le versement de la subvention du CSA.

C’est plus tard que j’ai appris la démission de Benoit Sokol, puis le départ de Dany Cortot.

Au début de l’année 2006, j’avais eu une longue conversation téléphonique avec Dany Cortot. C’est elle qui m’avait appelé. Elle m’avait fait part de son incompréhension du fonctionnement de la Radio. Je lui avais expliqué à nouveau les difficultés. C’est alors qu’elle m’avait annoncé qu’une pétition était en route, mais que ce n’était pas une pétition « contre Olivier Giroux » qu’elle estimait. Elle me précisa que je recevrai cette pétition, il n’en fut rien. Puis elle m’informa de la tenue prochaine d’une réunion d’élus à propos de REM, puis elle se repris un peu gênée et me dit « Vous ne serez pas inviter car il s’agit d’une réunion des élus de l’autre bord »… Je compris alors que les choses étaient en train de prendre un drôle de tour.

Je pense qu’une radio libre, doit rester « libre ». D’ailleurs je ne connais pas les opinions politiques d’Oliver Giroux et de son équipe… Mais à bien y regarder je pense que l’échiquier politique y est bien représenté !

Depuis le début de l’année, la nouvelle équipe a organisé une réunion des administrateurs, cette assemblée a décidé d’une Assemblée générale qui a eu lieu le 16 septembre –j’étais présent-, un nouveau conseil d’administration a été élu par un vote à bulletin secret, ce conseil d’administration a élu un bureau… Je puis témoigner que lors de cette assemblée générale, l’association de défense des auditeurs, présidée par Dany Cortot, n’était pas présente.

J’ai eu de nouvelles relations avec la Caisse d’Epargne qui est aujourd’hui rassurée sur la gestion de REM.

Voilà Monsieur le Président, ce que je peux vous dire aujourd’hui du fonctionnement de REM et de AEITEM.

Pour faire valoir ce que de droit

Yves d’Amécourt

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.