Réponse au collectif des bacs de l’Estuaire

QUESTIONNAIRE A L’ATTENTION DES CANDIDATS AUX ELECTIONS REGIONNALES 2021

Les services maritimes de la Gironde répondent par leur fonction à plusieurs besoins :

  • Franchir l’estuaire le plus « Grand » d’Europe et le seul sans franchissement (pont- tunnel)
  • Transport en commun inter départemental et inter rives sur un trajet très court (6 km )

Par ces aspects, et en attendant peut-être un jour la réalisation d’un pont ou un tunnel, ce service participe à fluidifier le tourisme ; mais pas que…

Il est le levier d’une micro-économie locale (circuits courts), moteur de développement à l’économie des deux rives, d’emploi, vecteur de rapprochement des services de santé, de culture, de développement durable avec moins de trafic routier… Il est une alternative à la métropole, les habitants de deux rives veulent se tourner plus vers leurs voisins directs(Royan/le Verdon-Blaye/Lamarque).

Ce franchissement, c’est un pont imaginaire mais pas virtuel.

Aussi, nous, résidents locaux, souhaitons faire connaître vos avis sur le sujet en vous demandant de répondre à ce questionnaire qui sera communiqué au public par différents supports.

Vous en remerciant par avance,

Bien cordialement,

  1. La région Nouvelle Aquitaine devrait-elle, comme elle l’a fait pour les bacs de Charente maritime, organiser selon vous les services maritimes de Bacs de l’estuaire qui relient deux des départements de nouvelles Aquitaine (17 et 33) et indirectement les départements du sud et les départements plus au nord ? Cela nous parait être une mesure de bons sens.
  • Si oui – la région NA doit-elle tenir compte dans la tarification de ce service public de mobilité, des usages locaux pour favoriser les circuits courts et le développement économique vertueux entre les deux rives ? Oui. Tout à fait.
  • Doit-elle contribuer à la financer ? Oui, comme elle le fait pour les TER.
  • Si non – pourquoi ?

2 – Seriez-vous prêts à travailler sur ce sujet de mobilité durable et vertueuse en termes de développement en circuits plus courts et engager si vous êtes élus, une réforme d’envergure répondant et s’appuyant aux besoins réels des de citoyens résidant sur les eux Rives ? Oui. Par ailleurs nous nous rendrons dans un certain nombre d’endroit en Europe afin de nous inspirer de ce qui se fait ailleurs. Nous aimerions notamment nous rendre en Sicile pour examiner le train Italie-Sicile qui est embarqué sur un bateau pendant la traversée.

3 – Comment en tant qu’élu impliqué envisagez-vous de palier aux attentes prégnantes des citoyens locaux et riverains ?

Nous ferons une large consultation des usagers et nous ferons une étude prospective, avec eux, pour développer les services rendus par les bacs sur l’estuaire de la Gironde. Nous partirons pour ce faire d’un cahier des charges fonctionnel qui définit les besoins et d’un diagnostic qui audit la réponse qui est faite aujourd’hui. Fort de ces deux diagnostics nous établirons un plan de progrès du service rendu.

Plus largement, nous organiserons des assises de la mer et du littoral où seront abordées toutes les questions et beaucoup d’autres.

Yves d’Amécourt

Porte-parole de la liste “LE MOUVEMENT DE LA RURALITE RESISTONS ! avec JEAN LASSALLE”.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *