Mouvements de terre sur le chantier de la « Petite Bastide »

Remblais_de_la_Petite_Bastide_00.jpgLe chantier de la « Petite Bastide » à Sauveterre de Guyenne a commencé par les mouvements de terre (remblais et déblais). Nous avons été prévenu très vite par les riverains d’une situation préoccupante. Dès mardi matin, à 8 heure, une réunion était organisée sur le site afin de vérifier les cotes entre le réalisé et le permis. Nous avons constaté que certains remblais arrivent à des cotes bien supérieures à celles prévues au permis de construire et que certaines terrasses se retrouvent en surplomb vis à vis des parcelles voisines.

Il a donc été décidé avec les responsables de Gironde Habitat, de revoir l’ensemble des plans et de mesurer toutes les cotes, afin de voir tout ce qui n’est pas conforme et ce qu’il l’est. Ce travail est en route. Puis le chantier se mettra en conformité avec le permis de construire.

Remblais_de_la_Petite_Bastide_00.jpg
Le chantier de la « Petite Bastide » à Sauveterre de Guyenne : 26 maisons autour d’une place carrée.

Remblais_de_la_Petite_Bastide_01.jpg
Une terrasse a été crée à une altitude non prévue dans le permis de construire et qui devra être abaissée.

Bassin_pluvial_de_la_Petite_Bastide.jpg
Dans le bassin destiné à recuillir les eaux pluviales, des pneus avaient été enfouis. Ils ont été retirés.

Terre_vegetale_en_reserve.jpg
Ceci est un merlon de terre végétale stockée en attente. La terre sera régalée sur les jardins des maisons à l’issue du chantier.

1 commentaire pour “Mouvements de terre sur le chantier de la « Petite Bastide »”

  1. Le chef de chantier de « Gironde Habitat » m’a appelé hier.

    Ils vont déposer un Permis de Construire Modificatif avec :

    – la route fabriquée sur place par la technique de « traitement des sols en place ». Plus économique et surtout, plus écologique, elle permet d’éviter l’extraction et le transport des matériaux (carrières, fleuves).

    – la bassin d’orage unique rempli de copeaux de pneus , et non de pneus entiers , solution que nous avons refusé. Cette méthode est labellisé par l’ADEME – dossier disponible à la Mairie.

    – la modification du positionnement des panneaux « eau chaude solaire » sur les toits, à la demande du plombier. Au préalable, cette modification devra être validée avec l’architecte des bâtiments de France.

    Monsieur Foucaud a rencontré les riverains pour leur expliqué les erreurs qui ont été commises à l’origine, sur les hauteurs de remblai. Ces erreurs ont été rectifiées. Une note a été rédigée à ce sujet qui va être envoyée dans les jours prochains aux riverains, avec copie à la Mairie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.