Les crèches sont-elles des signes ou des emblèmes religieux ? Je ne le crois pas !

Lettre à François Baroin, Président des Maires de France, à propos de la laïcité à la suite de l’édition par l’Association des Maires de France d’un vade-mecum de la laïcité dans lequel on préconise aux Maires de France de ne pas installer de crèche de Noël dans leur Mairie.

Monsieur le Président,
Cher François,

Les crèches sont-elles des signes ou des emblèmes religieux ? Je ne le crois pas !

La naissance de Jésus à Bethleem est un fait historique. La crèche telle que nous la connaissons en est l’image d’Epinal. La France, fille aînée de l’Eglise, a participé à sa renommée mondiale. La crèche est ce qui nous relie à l’Orient. Elle est relatée dans les Evangiles et dans le Coran, elle est racontée par les Juifs. La naissance de Jésus est enseignée dans nos écoles.
Qui peut nier l’apport de Jésus de Nazareth dans la constitution de nos civilisations ? Faut-il nier aussi le baptême de Clovis ?

Un jour que François Mitterrand s’entretenait avec Edouard Balladur, alors 1er Ministre, ce dernier lui posa la question : « Monsieur le Président entre ces deux évènements, « La prise de la Bastille » et le « Baptême de Clovis » lequel a le plus compté dans la construction de notre civilisation? ». Mitterrand répondit « Le Baptême de Clovis » (1)

La laïcité ne doit pas être un nouvel obscurantisme !
La laïcité ne consiste pas à cacher les choses, mais à les expliquer.
La Laïcité ne consiste pas à éluder les questions mais à les poser.
La laïcité consiste justement à faire la différence entre les faits et la foi.
Elle consiste à permettre le débat.
Elle permet aux consciences et aux sciences de se comprendre.
Elle consiste a protéger le pouvoir politique des fanatismes et des intégrismes religieux.

La laïcité faisait partie des valeurs que portait Jésus de Nazareth. N’a-t-il pas dit quand on lui prêtait l’envie de devenir le Roi des Juifs : « Mon royaume n’est pas de ce monde! » ou bien, lorsqu’on l’interrogeait sur la fiscalité, observant que les pièces de monnaie portaient l’effigie de l’empereur César : « Rendez à Dieu ce qui est à Dieu et à César ce qui est à César ! ». Les Chrétiens n’ont pas de problème avec la laïcité, car elle est cohérente avec les textes des évangiles.

Continuer à ignorer nos racines, à les masquer au nom d’une laïcité dévoyée et ainsi la place laissée vide fera la part belle aux extrémismes qui nous entraineront dans l’abîme !

D’aucuns préfèrent le Père Noël à la crèche, le consumérisme à la philosophie … est-ce sur ces bases que l’on construira un monde meilleur ?

Laissons donc de coté les caricatures et proposons l’enseignement et la connaissance.

Sans racine, le chêne tombe au 1er coup de vent. Tout le monde n’a pas la chance d’être un « roseau pensant »!

Yves d’Amécourt
Maire de Sauveterre-de-Guyenne.

(1) « LE POUVOIR NE SE PARTAGE PAS » Edouard Balladur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.