« Manif pour Tous » : merci à tous pour votre mobilisation !

La_Manif_pour_Tous_24_mars_2013.jpg

Etions-nous 1,4 million ou seulement 300000 ? C’est à vous de juger !

Manif_pour_Tous_24_mars_2013.jpg

En tout cas, nous étions très nombreux hier, à Paris, pour manifester contre le projet de « Mariage pour Tous ». Jamais un Président de la 5ème république n’a fait descendre autant de monde dans la rue, en une seule fois !

Lire à ce sujet sur ce blog :

5 commentaires sur “« Manif pour Tous » : merci à tous pour votre mobilisation !”

  1. Bonjour à tous !!!!

    La D.C.R.I. (Direction Centrale des Renseignements Intérieurs) vient de déclarer avoir compté 1,7 M de personnes à la manif d’hier !!!!

    A+

  2. Françoise BESSON

    J’ai participé à la manifestation d’hier, en portant ma robe d’avocat.

    N’ayant pu rejoindre le groupe des juristes, au début de la manif, ne pouvant accéder à l’avenue de la Grande Armée, totalement saturée, j’ai tenté de rejoindre l’avenue Foch par l’avenue Victor Hugo mais un barrage bloquait l’accès tant en direction de l’ Etoile qu’à la rue de Traktir.

    Alors que la foule devenait plus dense et demandait à rejoindre l’avenue Foch, ses premiers rangs (j’étais au 1er rang en train de discuter avec un gendarme) ont fait l’objet de projections de gaz lacrymogène, des pères de famille ont été molestés par certains gendarmes, et emmenés vers des camions en dépit de mes protestations courtoises mais fermes et des effets des gaz.

    L’accès à l’avenue Foch a finalement été autorisé.

    j’ai tenté d’accéder à l’avenue de la Grande Armée par la rue Rude, et après plusieurs essais infructueux, y suis parvenue.

    La foule était si dense qu’une ouverture étroite avait sans doute été autorisée pour accéder à la Place de l’Etoile, quasiment vide vers 15h environ.

    La place s’est remplie peu à peu sans jamais être comble, le gros de la foule restant massé derrière le podium de l’Avenue de la Grande Armée.

    Sur la place, avec quelques autres confrères, j’ai eu vent du « gazage » de Christine BOUTIN,qui venait de se produire, puis assisté à celui ,sans aucune sommation, d’enfants, de personnes âgées, de manifestants qui, quelques instants auparavant discutaient paisiblement avec les forces de police.

    Pourtant, un CRS auquel j’avais posé la question aux alentours de 16h m’avait dit qu’il n’avait eu connaissance d’aucun acte de violence de la part des manifestants.

    Plus tard, j’ai un vu qu’un cordon de police venait de barrer la partie gauche (en venant de l’Etoile) de la rue de Tilsit: or des personnes cherchaient à quitter les lieux pour rentrer chez eux en traversant la place de l’Etoile: un passant m’a signalé que cela se passait mal et je me suis approchée avec deux confrères.

    En effet, ceux tentaient de franchir ce barrage en ont été empêchés de la manière la plus brutale par des policiers, certains en uniformes, d’autres en civil qui ne portaient qu’un brassard rouge avec l’inscription « POLICE »

    J’ai vu une policière « gazer », sans aucune sommation, des gens à bout portant, les pousser violemment jusqu’à les faire tomber tandis qu’un de ses collègues à brassard rouge les frappait avec un bâton.

    Gazée à nouveau, je me suis interposée en disant à ces policiers qu’ils violaient la les règles les plus élémentaires, en s’attaquant à des gens non violents qui ne cherchaient qu’à rentrer chez eux.

    Cela n’a servi à rien. Je suis donc allée prévenir des CRS alignés pour interdire de contourner l’Arc de Triomphe par la droite: ils ne m’ont d’abord pas crue, puis certains paraissaient génés, d’autres m’ont dit qu’il pouvait s’agir de « la milice de la mairie de Paris »!

    Je leur ai dit que je ne manquerai pas de témoigner de ce que j’avais vu.

    Certes l’accès aux Champs Elysées avait été interdit, mais en pratique, celui à l’Etoile a été autorisé en milieu d’après midi parce que l’espace prescrit aux manifestants était notoirement insuffisant ce qui devanait dangereux pour eux.

    On avait le sentiment, peu avant la fin officielle de la manifestation, que les forces de police se préparaient à tendre un piège aux manifestants qui, ne pouvant accéder à l’avenue de la Grande Armée, ni même à l’Arc de Triomphe, s’étaient massés sur la partie des Champs entre le barrage de CRS de l’Etoile et le Rond Point, comme à ceux qui, sortant de l’avenue de la Grande Armée, seraient tentés de les rejoindre.

    J’ai ensuite appris qu’en effet, nombreux sont ceux qui ont été gazés puis chargés sans sommation préalable, certains, matraqués, alors qu’assis, près du Rond Point, ils discutaient et chantaient.

    Pire, ils ont eu beaucoup de mal à s’échapper des Champs étant rappelé que la plupart des stations de métro proches demeuraient fermées et que la police barrait plusieurs rues adjacentes.

    Comme tous mes confrères, professeurs de droit et magistrats présents, j’ai été choquée par les agissements des forces de police et parfois même de gendarmerie.

    Comme eux je pense que cette manifestation n’était pas souhaitée par le gouvernement qui a tout tenté pour la désorganiser, provoquer des actes rellement répréhensibles de la part des manifestants et ainsi les décrédibiliser.

    Or, je n’ai vu aucun manifestant attaquer physiquement les forces de police mais plutôt s’en défendre

    Si les manifestants n’avaient pas été aussi corrects, les débordements auraient eu des conséquences nettement plus graves.

    Pour résumer, j’ai assisté à un déni de démocratie , à la violation de règles élémentaires de notre droit, à des scènes choquantes.

    Quant à ceux qui trouvent choquants d’y avoir emmené des enfants, je rappelle qu’il s’agissait d’une manifestation de familles pour défendre LA famille : celle du 13 janvier s’était bien passée parce que le gouvernement avait autorisé une quasi libre circulation.

    Enfin, je n’ai eu vent d’aucun acte de vandalisme.

    Françoise BESSON
    Avocat au barreau de PARIS

  3. Chers tous,

    24 MARS 2013 : 1,4 millions de manifestants !

    MERCI pour votre mobilisation exceptionnelle, les Girondins étaient beaucoup plus nombreux à monter à Paris dimanche dernier que le 13 janvier !

    Mais malgré le silence assourdissant du gouvernement et la désinformation médiatique qui nous entoure, NOUS NE LÂCHONS RIEN !

    N’hésitez pas

    – à consulter régulièrement notre blog <a href= »http://lamanifpourtous33.blogspot.fr/ » title= »http://lamanifpourtous33.blogspot.fr/ »>http://lamanifpourtous33.blogspot.f…</a> pour rester informés de nos actions,

    – et à nous transmettre les adresses mail des personnes de votre entourage qui souhaitent recevoir nos courriels.

    Amicalement,

    L’Equipe de la Manif Pour Tous 33

    Mob : 06 77 55 85 65

    Notre blog : <a href= »http://lamanifpourtous33.blogspot.fr/ » title= »http://lamanifpourtous33.blogspot.fr/ »>http://lamanifpourtous33.blogspot.f…</a>

    Facebook : <a href= »https://www.facebook.com/manifpourtous.gironde » title= »https://www.facebook.com/manifpourtous.gironde »>https://www.facebook.com/manifpourt…</a>

    Site national: <a href= »http://www.lamanifpourtous.fr/ » title= »http://www.lamanifpourtous.fr/ »>http://www.lamanifpourtous.fr/</a&gt;

    Video du 24 mars : <a href= »http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=G99jpTVKlX0″ title= »http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=G99jpTVKlX0″>http://www.youtube.com/watch?featur…</a>

  4. Vécu, Impressions des participants du bus Sabolien
    à la manifestation nationale de la Manif pour Tous du 24 Mars 2013.

    La France s’est levée, c’est un élan irrépressible, nous sommes tenaces, nous sommes paisibles. Nous sommes nombreux, plus nombreux que le 13 janvier. De Sablé, nous étions à nouveau environ 150, dont un car de 65 places.

    Marie-Paule nous confie : « c’est la première fois que je vais à Paris ». Emmanuel répond : « c’est ma première manifestation. » Pour d’autres, c’est leur sixième manifestation sur ce même sujet. Nous réclamons une seule chose : le retrait de la loi Taubira. Nous ne voulons du mariage homosexuel, nous ne voulons pas de l’adoption des enfants par les couples homosexuels, nous ne voulons pas d’une société qui glisse vers la légalisation de la PMA et de la Gestation Pour Autrui. Nous voulons transmettre aux générations futures les repères de « l’écologie humaine » pour reprendre le terme de Tugdual Derville . Nous voulons construire tous ensemble une société où le plus vulnérable, le plus fragile aura sa place dans la société.

    Nous sommes toujours aussi déterminés.

    Calmes ? Oui, toujours, mais exaspérés, écœurés par les mensonges de nos dirigeants. Laurent dit perdre confiance dans ces hommes politiques qui manipule la vérité.

    700 000 pétitions-papier réunies en trois semaines, adressées au CESE : que fait le CESE ? Il demande au gouvernement quelle ligne de conduite il doit adopter ! Est-on en démocratie ?

    Une manifestation organisée sur les Champs Elysées : que fait le préfet de Police ? Il suit les ordres du ministère de l’Intérieur et interdit l’accès sur les Champs Elysées. Est-on en démocratie ?

    Laurent continue : « je perds confiance dans la démocratie, les hommes politiques ne pensent qu’à l’intérêt de leur caste. Je finis par me sentir proche du trotskisme. »

    Nous arrivons à Paris et nous prenons notre place dans une file de bus qui n’en finit pas. Cécile est frappée par la bonne humeur et l’accueil des organisateurs : « bonjour, bravo d’être venus aujourd’hui ! » nous disent-ils. On se sent bien, comme en famille, comme dans une immense famille, réunie dans cette immense Armée Pacifique qui marche vers la Porte Maillot, remonte l’avenue de la Grande Armée. Plus nous avançons, plus la foule est dense. Nous avons une heure d’avance sur l’horaire. Heureusement !

    Nous montons, lentement, inexorablement, vers l’Arc de Triomphe. Nous sommes une Armée pacifique, en marche sur l’avenue de la Grande Armée, rien ne peut nous arrêter, pas même l’autisme et le mépris du gouvernement.

    Nous sommes joyeux, mais graves car nous sommes venus défendre notre vision de la France de demain.

    Odile est frappée par le nombre de jeunes : Hervé reprend confiance en la France en voyant tous ces jeunes de 16-17 ans jusqu’à 25 ans. « La relève est là, on peut compter sur eux. »

    Caroline porte une pancarte qu’elle n’aime pas beaucoup : « mères porteuses en batterie ».A deux reprises, deux personnes lui disent : « Bravo pour votre pancarte. » Cette violence que porte cette pancarte fait réaliser les germes d’injustice que porte la loi Taubira : les mères porteuses seront de nouvelles esclaves. Elles seront esclaves de la volonté de ceux et celles qui veulent le droit à l’enfant. Nous qui avions interdit l’esclavage, voilà qu’il est réintroduit ! Et qu’on ne vienne pas nous dire que ce n’est pas dans la loi : c’est sa conséquence la plus logique. Pierre Bergé a bien dit ; « Louer son ventre pour faire un enfant ou louer ses bras pour travailler à l’usine, quelle différence ? C’est faire un distinguo qui est choquant »

    Au micro, Ilan Simon, militant trotskiste parlera de Pierre Bergé et dira : « le vrai projet du gouvernement est de créer des rapports marchands dans la sphère de la procréation humaine ».

    Guillaume écoute particulièrement Monsieur Bonnet, le juriste qui nous dit que le gouvernement considère comme prioritaire d’introduire la théorie du genre : on la retrouve dans les organisations syndicales, dans l’inspection du travail, dans les écoles. « Un homme pourra très bien dire qu’il est une femme et se déclarer comme tel à l’Etat Civil. Comme il est attiré par les femmes, il sera lesbienne !! » Il n’y aura plus deux genres, mais cinq genres : les hommes homo, les hommes hétéro, les femmes homo, les femmes hétéro, les bi. Nous voilà bien !!

    Gwénaelle se demande comment on va faire les cours de grammaire en classe, où il n’y a que deux genres : le masculin et le féminin. Laurent, professeur de zootechnique répond : « c’est le chromosome Y qui doit décider du genre masculin ou féminin. C’est tout. » Il rajoute : « Je suis un homme, je suis un père, j’élève mes enfants, j’essaie d’être un bon père. Je ne suis pas qu’un donneur de spermatozoïde. »

    La liste est longue des intervenants. Nous avons les larmes aux yeux en écoutant Marie, éthiopienne, puis Sandra, coréenne. Sandra a été abandonnée trois fois : par son père, par sa mère, par sa grand-mère : « Attends-moi, je vais aux toilettes, je reviens. Grand-mère, je t’attends toujours… ! » Sandra nous confie qu’il est dur d’être différente des autres, qu’elle en a souffert à la sortie de l’école. « Vous imaginez, pour un enfant, qui aura deux mères ou deux pères ? » Elle nous dit comme son père et sa mère adoptifs ont été importants dans son développement.

    Lorsqu’on nous annonce que le comptage est réalisé, un chiffre inouï s’affiche sur les écrans géants : 1 400 000 ! Véronique en pleure de joie et d’émotion.

    ON nous a refusé les Champs Elysées, ON nous a parqués, entassés car ON n’a pas voulu croire que nous serions si nombreux. ON a pensé que l’avenue de la Grande Armée et la Défense conviendrait laaaargement à un rassemblement de « 300 000 personnes ». ON a dû ouvrir au dernier moment l’avenue Foch pour désengorger la manifestation : nous sommes restés serrés, parqués, rangés comme dans des boîtes de sardines de 13h00 à 18 h00. Gérard réfléchit : « Et si les forces de police et les manifestants comptaient ensemble, ce serait bien… » Mais cela risquerait de déranger le gouvernement…

    Nous retiendrons la présence de Monsieur Raffarin, de Jean-Jacques Rateau, du parti radical de gauche, Conseiller des Français de l’Etranger : « je suis actuellement menacé d’exclusion pour m’être opposé au projet Taubira », Antoine Renard, président des AFC : « Monsieur le Président, le 24 janvier, il vous fallait du courage pour retirer votre projet. Aujourd’hui, il vous faut de la lucidité. », Bobby, bisexuel, élevé par deux femmes et bisexuel : « On peut payer 8 000 dollars pour un bébé en Inde et l’emporter en Californie. C’est le résultat d’une mauvais décision autour de la loi et oublier le droit des enfants. Aux Etats-Unis, on écoute les Français, Obama écoute les Français. Les Français doivent encourager ceux des EU qui ont peur de parler contre le mariage homosexuel, contre la PMA, la GPA ».

    il y a aussi des interventions de personnes homosexuelles, de musulmans, de représentantes des Droits des Femmes…

    « Au revoir Camarades », nous dit Ilan Simon, le militant Trotskiste, communiste révolutionnaire.

    Au revoir, Monsieur le Président, nous vous avons lancé un signal : ne touchez pas à l’essentiel, ne touchez pas au mariage, ne touchez pas à la filiation, il y a des limites à ne pas dépasser.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.