Le vin est premier poste excédentaire de la balance commerciale française !

Le vin est le premier poste excédentaire de la balance commerciale de la France devant l’aéronautique. C’est ce que confirme, Jean-Paul Bastian, membre du comité économique et social (CES) en réponse à un courrier du président du syndicat des vignerons de l’Hérault, Jean-Charles Tastavy.

« Les bons résultats de l’aérospatiale sont en grande partie ceux d’EADS, lequel est un groupe international, tandis que les résultats du secteur Vin sont ceux d’une multitude d’exploitations et d’entreprises viticoles, ancrées sur le territoire français. Il est donc autorisé de penser que le vin soit le 1er poste d’excédent de notre balance commerciale », avançait Jean-Charles Tastavy dans son courrier. Analyse partagée par le vice-président du CES, qui annonce qu’il intègrera cet aspect dans les nouveaux travaux du CES.

Commentaire de Jean-Charles Tastavy, par ailleurs membre du Conseil de modération et de prévention : « Il est navrant de constater que la première filière exportatrice française n’est jamais évoquée triomphalement pour ses performances par les pouvoirs publics qui à l’inverse classe les produits viticoles dans la catégorie des « drogues, toxicomanie » ou autres « addictologies ».En toute logique, la France devrait alors se considérer comme le premier « dealer » mondial en terme de chiffre d’affaires. »

4 commentaires sur “Le vin est premier poste excédentaire de la balance commerciale française !”

  1. On s’inquiète de toutes parts des emplois qui disparaissent dans l’industrie automobile et autres…Ils sont en crise depuis 3 mois !
    Pas un mot concernant les milliers d’emploi que perd la viticulture française depuis 10 ans…
    l’état verse 1000 € de prime pour acheter des voitures,pourquoi n’offre-t-il pas la douzième bouteille au consomateur !!

  2. Un"vieuxconseilquiseréveille"

    Remi, j’abonderai dans ton idée économique, en la complétant avec la démonstration d’un conférencier de1965 (peut-être disparu) mais qui colle vraiment à la dure réalité de cette période. Monsieur Chamboissier ( MSA Bx , un nom qui rappellera des souvenirs à beaucoup de cheveux blancs actuels !), ce Monsieur qui passait pour un hurluberlu dans cette période de petite crise n’hésitait pas à considérer le métier d’agriculteur ( en général ! ) comme étant le seul à CREER DES VALEURS grâce à sa fonction de base de MULTIPLICATEUR : un grain de blé semé en donne 50; on en prend un que l’on sème et on met les 49 autres sur le marché et ainsi de suite…………. !
    Idem pour la vache, la vigne, le bois et autres cultures ou élevages.
    Trouves un autre métier qui ait le même pouvoir , c’est à dire qui puisse trouver dans le fruit de son travail, de quoi recommencer son ouvrage:
    – un maçon ? Pas de brique derrière la maison
    -l’ouvrier de l’automobile ? Pas un pneu, un gramme de plastique ou de fer quand le véhicule quitte la chaîne
    – un épicier ? Pas de victuailles derrière le service
    – un enseignant ? Pas de matière grise si elle n’est pas déjà là, que du savoir qui s’arrête quand le livre se ferme ,( Tous te diront qu’il faut recommencer, recommencer, recommencer…………)
    – quant au fonctionnaire, alors là, c’est le service pur qui demande une caisse bien garnie d’euro pour l’alimenter.
    Arrêtons là cette liste qui pourrait nous attirer des rancœurs bien regrettables, mais c’est malheureusement REEL !
    Dommage que tous ces traders , ex goolden-boys ou courtiers en bourse comme nos élus et gouvernants (qui les ont protégés quand leur opération « marché de vent » fonctionnait ), tous ces personnages maintenant catastrophés n’aient pas fait leurs ces réflexions de cet homme qui n’étaient qu’une reprise des grands économistes antérieurs.
    Heureusement que nous ,agriculteurs, sommes très peu conscients (involontairement pour beaucoup d’entre nous) et déterminés par ce POUVOIR ECONOMIQUE QUE NOUS DETENONS , car imagines, devant l’ampleur de cette crise que nous traversons, conséquence de ce « marché de valeurs bidons » , si, un instant, forts de cette réflexion,nous nous réveillions, nous nous levions et disions : « Messieurs les Dirigeants de tout bord, la comédie est terminée, revenons à des bases saines fondées sur les VRAIES VALEURS DU TRAVAIL, CREATRICES DE VRAIES VALEURS PECUNIAIRES  »
    Alors , là, oui, tu pourrais rêver de la douzième bouteille payée par l’Etat, de retrouver les milliers d’emplois (directs ou « sous-traitants ») perdus dans notre secteur depuis 10ans (Merci Marinier,Trocard, Roumage, l’Aviateur et acolytes ! ).
    Seulement, nous sommes en 2008, la crise économique, véritable guerre larvée (sans mort direct pour l’instant ) est là, pour quelques années encore ! Le rêve se termine à moins que, fidèle à son image, la France ne fasse éclore de nouveaux visages aux pieds solides car proches de nos réalités………..
    Ces Jeunes existent, souhaitons juste que les Anciens acceptent de se retirer avant un âge canonique pour qu’ils puissent déployer leurs ailes.
    L’AVENIR APPARTIENT TOUJOURS A LA JEUNESSE

  3. L’exemple du grain de blé est d’une grande sagesse mais fait son âge…
    Demain, et c’est déjà vrai dans certains pays, on sème 50 grains de maïs, on en vend 50 à prix garanti et on rachète 50 grains pour le semis de l’année suivante avec l’argent des subventions. Pourquoi ? Parce qu’à aucun moment l’agriculteur n’est propriétaire des grains de maïs et qu’il faut bien lui donner l’argent du contribuable pour qu’il puisse louer sa semence stérile chaque année à la multinationale de semence génétiquement modifiée.
    Une agriculture qui fasse vivre les campagnes, oui !!! mais avec des paysans libres et maîtres de leur destin.
    La fonction première de l’agriculteur, c’est de fournir de la nourriture (et j’y inclus le vin), à son prochain. Or, combien d’exploitants agricoles savent qui ils nourrissent en montant sur leur tracteur. En tout cas, de plus en plus savent qu’ils n’arrivent plus à se nourrir eux-mêmes…
    Un jeune proche des réalités…

  4. "unvieuxconseilquisereveille"

    Ce que tu décris au travers de tes 50 grains « à prix garanti » ( par qui ?) , (démonstration à revoir car récolter la semence ,ce n’est pas produire, créer ou multiplier ! ) porte un nom très médiéval: cela s’appelle « retour vers les serfs » et il ne faut pas le taire au travers de ton propos car cela se nomme « langue de bois » , langage pratiqué par TOUS les vieux politicards que j’affabule d’âge canonique. Le citoyen de 2008 est très renseigné pour comprendre cela. Pour être plus clair, il y a beaucoup moins de c…… qu’autrefois où le politique était quasiment « Dieu vivant » !
    Il est fort dommage qu’au travers de ta formation intellectuelle, tu n’es pas senti ce que deviennent ces petits grains mis sur le marché: ce sont tout simplement ces valeurs créées, multipliées qui, mises en circulation, permettent au reste des professions (décrites plus haut ) de VIVRE et d’ EXISTER .Bien sûr, l’agriculteur n’est pas le propriétaire de ces grains; mais, s’il ne les met pas sur le marché, le reste de la chaîne humaine explose……… sauf lui, l’agriculteur, car il est capable de vivre en autoconsommation, c’est-à-dire sans ces maudites subventions qui l’ APPAUVRISSENT en le RIDICULISANT. Il avait bien appris le système durant la seconde partie de la 2ème guerre mondiale, période où il était adulé par les citadins ! ! ! Jamais ils n’ont eu autant de cousins à la ville ! ! !
    Quant aux OGM, alors là, Guillaume, non seulement je te donnes raison, mais n’oublies pas ma première démonstration: c’est que le ROLE PREMIER de l’agriculteur, c’est de CREER SA SEMENCE, le petit grain de départ ! Ne l’oublies jamais !
    -« Connaître qui l’on nourrit ? » C’est LA BASE de toute opération commerciale qu’ont eu tôt fait d’oublier la brochette de tristes personnages cités plus haut, simplement attirées, envoutées par le gain facile, sans base pour l’avenir. Tu constates le résultat inéluctable dans lequel nous sommes plongés. Hier,quand quelques rares voix osaient annoncer cet avenir morose et prévisible, elles faisaient ricaner ceux qui s’affolent et pleurent aujourd’hui ! Si tu peux admirer un monument, une cathédrale, un bel édifice encore existants après des siècles, c’est qu’ils ont été construits sur DES BASES SOLIDES et non sur du vent ou du vernis, fragile tape-à-l’œil dont raffolent les « GRANDS DECIDEURS » de notre époque
    -« Fournir de la nourriture à son prochain (Attention à la religion ! ) » , oui, bien sûr, mais doit-il être pour autant asservi par quelque puissance que ce soit ? Nous sommes persuadés tous les deux que non, n’est-ce pas?
    A nous de convaincre les Jeunes Gourmands de Pouvoir du bien-fondé de notre réflexion, car, même s’ils sont parfois un peu atteints de surdité chronique, ils savent bien que la solution des problèmes de notre société passe par là ! !

    Je sentais ton sourire derrière le mot « âge » de ta première ligne ! Cela ressemblait à du « Ce vieux, il nous agace avec sa théorie dépassée! « . Sache que si mon crâne s’est dégarni et que ma main tremble, conséquences de cet Age, fort de mon expérience et de mon observation, cadeaux des années, ma théorie tient la route (malheureusement ! ). Si l’ON VEUT, elle peut être appliquée et réussir.
    Mais,
    LES GRANDS SOURDS VEULENT-ILS ENTENDRE ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.