“Les origines de l’homme” : épilogue.

AO_06.jpg”La passion de l’archéologue s’exerce avec minutie et méthode, conscient que chaque village, chaque hameau, chaque champ, chaque abris, chaque promontoire, chaque vallée, chaque nom d’homme ou de lieu, chaque pierre, a son histoire et que rien n’est mesquin de ce qui touche à la famille humaine ; L’archéologue sait plus que tout autre combien l’homme a été, est et sera un ami de la nature dont il façonne les manifestations, dont il transcende les productions, dont il capte et dompte les énergies… L’archéologue sait plus que tout autre combien la nature a besoin de l’homme ne serait-ce que pour l’admirer, la choyer, la flatter, l’aimer… L’archéologue sait que les plus petits détails grandissent à mesure qu’on les examine, que l’infiniment petit, peu se révéler infiniment grand, que l’annexe peut devenir l’essentiel, et que pour comprendre un contexte, tous les détails comptent.

Tout cela permet de comprendre le passé… La connaissance du passé permet de comprendre le présent et de préparer l’avenir, disait un archéologue du 19ème siècle cher à mes yeux. Le passé, le présent et le futur, ont la même origine… Et l’homme, comme l’écrit Baudelaire, y voyage à travers une forêt de symbole qu’ils l’observent avec un regard familier.”

AO_02.jpg

Mesdames, Messieurs, chers amis,

L’exposition que nous vernissons ce soir, s’inscrit dans un projet départemental intitulé « Au bonheur des sciences » et qui, sur notre Communauté des Commune s’intitule plus précisément « les origines de l’homme ».

Ce projet est coordonné par la Communauté des Communes du Sauveterrois en collaboration étroite avec les bibliothèques de Sauveterre-de-Guyenne, de Gornac, et de Blasimon.

AO_00.jpgCette manifestation est avant tout un travail collectif des animatrices des bibliothèques et ce pour la seconde année, aidées en cela par Charlotte Ordronneau.

L’objectif est de dynamiser les bibliothèques du territoire et d’étendre leurs champs d’actions à un public plus large. Il est aussi, petit à petit, d’apprendre à travailler ensemble et d’imaginer un réseau de lecture sur le territoire de la communauté des communes, avec à terme des point lectures dans les communes qui le souhaitent.

Le programme qui vient de s’écouler était dense et diversifié avec « L’homme » comme thème fédérateur. Il a duré 1 mois sur l’ensemble du territoire et a accueilli le grand public et les scolaires.

Les bibliothécaires confectionnent cette animation depuis mars 2010.

AO_01.jpg*A Blasimon, 50 personnes ont été accueillies lors d’une conférence avec Michel Lenoir, chercheur en préhistoire au CNRS début octobre (public adulte) et à l’occasion de l’Atelier d’outillage préhistorique pour les écoles.

  • A Sauveterre 200 personnes ont été accueillies lors de l’atelier de découverte de l’évolution de la boite crânienne et du travail du silex, lors des Jeux de société, à la Lecture d’extraits de roman par « les Mots de Jossy ».
  • A Gornac 100 personnes ont été accueillies lors des nombreuses animations autour de la réalisation de maquette préhistoriques, les ateliers de fouilles avec Monsieur MINON, le concours de dessin et les ateliers de peinture rupestre.

D’autres temps forts auront marqué cette période :

  • Le Conte de Laëtitia RAPIN le 22 octobre à Gornac.
  • La Découverte des « abris sous roche » animé par Monsieur MINON et Stéphane ROUSSEAU subterranologue. (présent ce soir avec une projection des lieux archéologiques du territoire)
  • La mission archéologique « les enquêteurs du temps » qui a accueilli 500 personnes à Castelviel pendant 3 semaines du 11 au 30 octobre 2010.

Un grand merci à Christiane Fouilhac, maire de Castelviel pour avoir accepté de recevoir cette exposition, mais aussi à l’ensemble des bénévoles et professionnels qui ont animé les ateliers permettant de faire vivre cette animation.

AO_04.jpgNous finirons notre programme par la projection du film « AO » de Jacques Malaterre en partenariat avec le cinéma le REX de la Réole. Le film est proposé aux collèges et Lycée au niveau du Pays Haut Entre Deux Mers. Il sera transmis en clôture du projet le lundi 15 novembre 21h00. N’hésitez pas à vous inscrire ce soir.

Au total, ce programme aura accueilli environ 900 personnes !

J’en remercie les organisateurs, les financeurs et les initiateurs :

  • Le Conseil Général de la Gironde à travers la Bibliothèque départemental de prêt
  • La communauté des communes du Sauveterrois
  • Les communes et les élus de Gornac, de Sauveterre et de Blasimon, et les bibliothécaires, salariés et bénévoles de ces communes.

… les partenaires :

  • Le CLEM : Myriam Boiroux : historienne médiatrice et Catherine Martin – Carpensin : archéologue
  • CAP ARCHEO : concepteur de l’exposition « Mission Archéologique », antennes de CAP SCIENCES , Nathalie Chevalier (archéologue, médiatrice culturelle), Madame Manuella Simila (archéologue, médiatrice) : elles ont montés l’expo et initiés les bénévoles.
  • Les Professionnels bénévoles : Monsieur Stéphane ROUSSEAU : subterranologue, Monsieur MINON : animateurs des ateliers de Gornac et de la visite des abris sous roche.
  • L’Association des amis de la Bastide : Monsieur Malégary, Monsieur Vincent, Madame SALAGNAC
  • La Société archéologique de Blasimon : Monsieur Forlacroix, Monsieur Dufager
  • La Maison de retraite du Bon pasteur : Monsieur Bergonzoli et Madame Carrier qui nous reçoivent ce soir pour contempler les œuvres produites au cours de cette manifestation.

AO_03.jpgLa passion de l’archéologue s’exerce avec minutie et méthode, conscient que chaque village, chaque hameau, chaque champ, chaque abris, chaque promontoire, chaque vallée, chaque nom d’homme ou de lieu, chaque pierre a son histoire et que rien n’est mesquin de ce qui touche à la famille humaine ;

L’archéologue sait plus que tout autre combien l’homme a été, est et sera un ami de la nature dont il façonne les manifestations, dont il transcende les productions, dont il capte et dompte les énergies…

L’archéologue sait plus que tout autre combien la nature a besoin de l’homme ne serait-ce que pour l’admirer, la choyer, la flatter, l’aimer…

L’archéologue sait que les plus petits détails grandissent à mesure qu’on les examine, que l’infiniment petit, peu se révéler infiniment grand, que l’annexe peut devenir l’essentiel, et que pour comprendre un contexte, tous les détails comptent.

Tout cela permet de comprendre le passé…

La connaissance du passé permet de comprendre le présent et de préparer l’avenir, disait un archéologue du 19ème siècle cher à mes yeux.

Le passé, le présent et le futur, ont la même origine… Et l’homme, comme l’écrit Baudelaire, y voyage à travers une forêt de symbole qu’ils l’observent avec un regard familier.

Merci à toutes et à tous. Bon vernissage.

A lire sur ce blog le programme de cette période.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *