Les viticulteurs avec Nicolas Sarkozy

Cette semaine sur notre site vous retrouverez deux contributions très intéressantes, écrites par A.SUGUENOT (Député Maire de BEAUNE) et JM.CHADRONNIER( Président de VINEXPO ).

N’hésitez pas à faire part de vos réactions sur ces deux nouvelles contributions, en réagissant sur notre site-blog

17 commentaires sur “Les viticulteurs avec Nicolas Sarkozy”

  1. Hier soir Nicolas Sarkozy a évoqué trois projets pour la viticulture :
    – permettre aux viticulteurs de s’organiser pour négocier avec la grande distribution une meilleure répartition des marges;
    – veiller à ce que les vins importés en Europe soient soumis aux même règles et contraintes que celles imposées aux vins français;
    – organiser en France une communication positive sur le vin;

    Ces propositions méritent d’être creusées.

    Parmi les thèmes plus généraux, il a proposé :
    -la revalorisation des petites retraites (dont les retraites agricoles). Cette revalorisation serait financée par la suppression de certains régimes spéciaux qui n’ont plus lieu d’être.
    -l’exonération des charges sociales sur les heures supplémentaires qui seraient défiscalisées pour le salarié;

  2. Puis-je permettre, pour l’image d’un conseiller général?

    Orthographe ou j’appelle de Robien

    1- Nicolas Sarkozy a évoqué (et non : a évoquer)
    2- Vins français ( et non vins Français[ici français est adjectif qualificatif – donc pas de F majuscule)
    3- Il a proposé ( et non : a proposer)
    4- Défiscalisées (et non : defiscalisées)

    Ces fautes et erreurs n’ont plus lieu d’être comme les régimes spéciaux. A ce rythme, ils et elles vont continuer.

  3. mais ce monsieur promet tout à tout le monde. Sarkozy ne fera rien pour la filière : c’est un libéral pur et dur (qui se chiraquise en période électorale)qui croît ferme aux vertus du marché. Il ne négociera rien avec la grande distribution et ne proposera jamais d’aménager la loi Evin. Si Chirac le rural ne l’a pas fait, c’est certainement pas son rejeton parisien qui le fera. Et au moins le premier aime le vin.

  4. à « GPMarcel » : j’assume mes problèmes d’orthographe depuis que je suis tout petit. Merci pour vos corrections. Ainsi, dans un texte, chacun trouve ce qu’il souhaite trouver!
    à « X » : c’est vrai qu’il a dit qu’il ne buvait ni de vin, ni d’alcool…C’est bien dommage pour lui…il ne profitera pas du "French Paradox".
    à « Bseb » : l’histoire nous le dira s’il est élu…Quant à Chirac, il consomme surtout de la bière.
    à « GPMarcel » : j’espère que cette fois, je n’ai pas trop fait de faute d’orthographe. Il faut dire que j’écris mes articles moi même, et qui plus est, je les signe!

  5. Cher Yves,

    J’ai vu ton édito sur "viticulteurs avec NS"
    Bien !!!
    J’espère qu’il répondra à toutes ces question que nous nous posons.
    Hier soir sur TF1, je l’ai trouvé plutôt bon, voir souvent très bon.
    Malheureusement, sur la viticulture, je le trouve " moyen".

    J’ai pas compris quand il a parlé des quantités de vin qui " rentre dans notre pays" ; Il a dit au viticulteur girondin du nom de Rousseau je crois, vous voyez de quoi je parle ! Moi dans tous les cas, j’ai pas saisi.

    J’attend de lui un peu plus quand à l’avenir de notre filière.
    Je compte sur toi pour m’informer de ces propos à ce sujet.

    à ce propos, voila ce que font les espagnols !
    source: journee vinicole

    Espagne
    Augmentation de 30% des aides à la promotion du vin
    Alors que le ministère de la Santé travaille à une loi visant à réduire la consommation d’alcool chez les jeunes (lire La JV du 31 janvier), le ministère de l’Agriculture a annoncé dernièrement une augmentation de 30% des aides à la promotion du vin. En effet, dans le cadre des subventions distribuées annuellement par le MAPA pour « promouvoir la connaissance et la consommation des produits alimentaires », les aides versées aux associations et fondations du monde viticole sont passées de 245 à 338 k€. Selon une information de la Mission économique de Madrid, les principaux bénéficiaires sont le Grupo Publicitario Cariñena* (180 k€), l’Association Patronale des Caves (51 k€), la Fondation pour la Recherche du Vin (47 k€) et le Conseil Régulateur du Cava (47 k€). « Voilà qui satisfait la profession viticole, dont les relations avec la ministre de la Santé sont beaucoup plus tendues » observe la ME. Néanmoins, le dialogue est instauré au plus haut niveau puisque la vice-présidente du gouvernement, María Teresa Fernández de la Vega, a accepté de recevoir la Fédération Espagnole du Vin (FEV). Le président José Luis Zapatero lui-même est également intervenu pour calmer les débats.

  6. Je trouve un peu léger d’appeler à s’appuyer sur le seul thème du vin pour soutenir un candidat à la présidentielle! Moi, j’ai un problème avec Sarkosy, c’est que quand je l’écoute , je suis presque séduit par son discours.C’est vrai quoi, quand il parle de l’immigration choisie plutôt que subie,…quand il dit que la république ça se mérite,…C’est percutant tout ça non?…Ah et aussi ces fameux 35h qui sont la cause de tous les maux!…Non franchement je pense sincérement que Sarkosy a des solutions simples pour résoudre des problèmes qui sont bien plus complexes qu’on ne le croit. Et quand je réfléchis aux conséquences de ses propositions,je préfère ne pas y penser! d’ailleurs en tant que ministre de l’intérieur,à part la baisse des accidents de la route, on peut se demander ce qu’il a apporté de bon,( les banlieues tiens par exemple ! ). Bref, quand je vois Nicolas, je le trouve bien sympathique, mais ce n’est pas sous le prétexte qu’il pourrait soit-disant sauver notre viticulture que je voterai pour lui. Non je ne soutiens pas un tel candidat.

  7. Je suis lassé des discussions. Je suis en ce moment au Canada : cet après midi j’ai participé à une émission de télévision très sérieuse, où j’ai ouvert une bouteille de Bordeaux, que l’on a partagé avec les animateurs et montré aux télspectateurs, sans pour autant les inciter à se saouler ! Je le répète, bailloné en France, le vin va disparaitre. Alors, oui, c’est le moment pour Nicolas Sarkozi de prendre position, courageusement. C’est maintenant ou jamais. Il faut aller ailleurs qu’en France pour réaliser à quel point on est devenu fou dans ce pays.

  8. En progrès mais peut mieux faire pour le conseiller général. Il y a encore quelques fautes d’orthographe mais maintenant, il lui faut également apprendre les règles de ponctuation ainsi que celles concernant les espacements et la ponctuation !
    Pour le reste, le seul fait que Sarkozy ne boive pas une goutte de vin me fait encore plus peur. ET s’il n’y avait que cela. Il a du être désintoxiqué autrefois et maintenant cela lui manque, il n’y a qu’à voir sa gestuelle, même contenue.
    Quant à l’anonymat, il faut savoir ce que l’on veut. Il fallait pas créer de blog sinon. On veut se montrer jeune et bien maintenant il faut assumer et encore, le pire est à venir.

  9. Cher Christian,

    L’objectif de ce comité de soutien n’est pas de s’appuyer sur le thème du vin pour soutenir un candidat… Il est de regrouper au sein d’un comité de soutien les supporters de Nicolas Sarkozy qui sont issus de le filière viticole…Ceci fait une petite nuance.

    L’élection Présidentielle est l’occasion d’un débat sur un certain nombre de sujets.

    La filière viticole est le premier employeur d’Europe (cf. le rapport de la Commission Européenne sur ce blog). La viticulture est une activité administrée. Voilà 2 bonnes raisons pour que le sujet de la viticulture soit dans le débat des élections Présidentielles. Le site « Viticulteur avec Nicolas Sarkozy » a été créé dans cet esprit.

    Début mars les comités Désirs d’Avenir organisent en Gironde un « débat participatif » sur le thème de la viticulture. Y assisteront des viticulteurs et des négociants partisans de Ségolène Royale.

    Quant à la « peur de Nicolas Sarkozy » dont tu fais part… Je pense que tu es victime d’une certaine forme de désinformation. C’est une drôle de technique de vouloir diaboliser un candidat, pour empêcher que d’aucun soit séduit par son discours. Je connais des élus qu’on a fait passé pour des monstres, et qui ne le sont résolument pas… C’est dommage.

    L’autre jour j’ai entendu sur un plateau de TV des électeurs qui disaient être prêts à voter sans hésiter pour Olivier Besancenot ou Arlette Laguiller…mais qui disent que Sarkozy leur fait peur! C’est le monde à l’envers!

    En tout cas merci de participer à mon blog.

    Yves

  10. Yves,
    Je m’excuse donc de m’immiscer dans un débat qui ne me concerne pas. Pourtant, j’ai quand-même reçu dans mon courriel un appel pour rejoindre le comité des "viticulteurs avec Nicolas Sarkosy" alors que je n’en suis pas un "supporter". Donc, je ne vois pas très bien où est la nuance. D’autre part, je n’ai jamais dit que Sarkosy me fait peur, je dis simplement que je suis en complet désaccord avec ses orientations politiques, sociales et économiques et je ne me considère absolument pas victime d’aucune désinformation.Bon, en tous cas je te remercie de m’avoir permis d’exposer mes idées et de tenter de convaincre les lecteurs de ton blog de ne pas voter Sarkosy. Et, au fait, en ce qui concerne le sujet du vin, crois-tu vraiment que la loi Evin est responsable à ce point de la crise actuelle? N’as-t-on pas constaté une baisse bien plus significative de la consommation au moment où ont été mises en vigueur des mesures de tolérance 0 à propos de l’alcool au volant? Et ça, c’est Sarkosy, non?

  11. Cher Christian,

    Tu ne t’immisces pas ! Le blog est fait pour ça… Dans mon blog, tous les articles parraissent.

    C’est normal que tu aies reçu le mail, tout va très vite et les mails circulent. Je viens de recevoir celui qui annonce la réunion Désir d’Avenir à Libourne le 15 mars et pourtant je ne suis pas un soutien de Ségolène Royale…

    Concernant la baisse de la consommation en France tu as parfaitement raison, c’est ce que je dis à plusieurs reprises sur ce blog (dernier article sur la hausse de la consommation dans le Monde). La question qui nous est posée est : comment interdire l’alcoolisme au volant et l’alcoolisme tout court, tout en favorisant une consommation modérée et régulière de vin ? Pour cela il faut pouvoir communiquer différemment… Il me semble que c’est le moment de débattre de ces sujets, à gauche comme à droite.

    Enfin, "soutenir un candidat"", ce n’est pas "entrer en religion". On peut soutenir un candidat sans forcément soutenir aveuglément toutes ces propositions… J’ai écouté Ségolène Royale Dimanche après midi sur la TNT. Cette possibilité qui nous est offerte avec la TNT, c’est aussi une nouveauté! Les temps changent.

    Amitiés.

    Yves.

  12. Beaucoup ont été choqués (et Dieu sait si j’en entends parler) que notre candidat ait décliné l’offre d’un viticulteur, au cours de l’émission TF1, en lui disant qu’il ne buvait jamais de vin. Prudence sur ce point en pleine crise viticole! Le vin fait partie de notre civilisation, de notre culture. Nos voisins Espagnols l’ont classé parmi les aliments. Dans certains cercles, on se pose déja la question du refus d’un verre au salon de l’Agriculture, des dîners officiels à l’Élysée, si la France rompait avec sa renommée de servir les meilleurs vins du monde à nos invités et si notre Président ne buvait que ,de l’eau. (Paris vaut bien une messe, disait Henri IV) Toutes nos belles régions de France sont concernées par la viticulture qui lui donne ses paysages et dont le produit s’apparente à l’Art. Le sujet est très sensible : prudence car tous ces électeurs concernés attendent des réponses pour une sortie de crise qui a démarré par une diabolisation du vin par les Pouvoirs Publics, alors que le risque d’alcoolisme réside dans les wiskies, vodkas… que consomme notre jeunesse depuis que le vin n’est plus la boisson du repas de famille ou la modération allait de soi.

  13. Pour ma part cela m’est égal que Nicolas Sarjozy ne boive pas de vin ! Il n’est pas Musulman et pourtant il a créé le CFCM.

    On a pas besoin de boire du vin pour comprendre ce que cela représente dans la culture française, dans l’économie française, et pour proposer des solutions de réforme de la filière viticole.

  14. pour compléter les informations déjà disponibles,vous êtes invités à vous rendre sur GOOGLE en affichant

    AXEBUSHSARKOZY

    Le candidat miracle vous apparaîtra sous un autre jour

  15. Bonjour,

    Vous trouverez ci-dessous un message que Monsieur Robert GENTIÉ (Secrétaire Général honoraire de la Fédération Française des Syndicats de roducteurs de Plants de Vigne, Ancien Membre du Conseil Spécialisé de l’Office National Interprofessionnel des Vins, Ancien Expert au Comité Technique Permanent des Plantes et Semences, Délégué Français honoraire au Comité International des Pépiniéristes) vient de me faire parvenir en adhérant au comité de soutien.

    "Beaucoup ont été choqués (et Dieu sait si j’en entends parler) que notre candidat ait décliné l’offre d’un viticulteur, au cours de l’émission TF1, en lui disant qu’il ne buvait jamais de vin. Prudence sur ce point en pleine crise viticole! Le vin fait partie de notre civilisation, de notre culture. Nos voisins Espagnols l’ont classé parmi les aliments. Dans certains cercles, on se pose déja la question du refus d’un verre au salon de l’Agriculture, des dîners officiels à l’Élysée, si la France rompait avec sa renommée de servir les meilleurs vins du monde à nos invités et si notre Président ne buvait que ,de l’eau. (Paris vaut bien une messe, disait Henri IV) Toutes nos belles régions de France sont concernées par la viticulture qui lui donne ses paysages et dont le produit s’apparente à l’Art. Le sujet est très sensible : prudence car tous ces électeurs concernés attendent des réponses pour une sortie de crise qui a démarré par une diabolisation du vin par les Pouvoirs Publics, alors que le risque d’alcoolisme réside dans les wiskies, vodkas… que consomme notre jeunesse depuis que le vin n’est plus la boisson du repas de famille ou la modération allait de soi."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.