Hier soir à Bouliac, présentation de notre liste à la presse.

Pierre Giraud (Bruges), Agnès Befve Nedelec (Talence), Eddie Puyjalon (Cubzac les Ponts, Viviane Chaine-Ribeiro (Lacanau), Yves d’Amécourt (Sauveterre-de-Guyenne), Pascale Québec (Bossugan), Pascal Bérillon (La Teste de Buch), Stéphanie Tambo (Pineuilh) était excusée.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Forces-Vives-1-1024x354.jpg.
Accueil par Christian Block, adjoint du maire Dominique Alcala, dans la magnifique salle panoramique de Bouliac.

Yves d’Amécourt : “Bouliac est à la fois dans l’Entre-deux-Mers rural, et dans la métropole, à l’image de notre liste. D’ici on a la plus belle vue qui existe sur Bordeaux. Dominique Alcala, votre maire, vient souvent à Sauveterre-de-Guyenne, car il est originaire de Saint Sulpice de Pommiers. Autant de bonnes raisons de lancer notre campagne d’ici. Merci de votre accueil.”

Yves d’Amécourt, tête de liste aux élections sénatoriales du 27 septembre 2020, viticulteur, conseiller régional de la Nouvelle-Aquitaine, secrétaire général du syndicat des Bordeaux et Bordeaux Supérieur (2002-2006), conseiller général de la Gironde (2004-2015), maire de Sauveterre-de-Guyenne (2008-2020), président de la communauté des communes devenue “rurales de l’Entre-deux-Mers” (2008-2020), représentant des maires de la Gironde à la commission Europe de l’AMF (20014-2020), à la CDCI (2008-2020), à la commission DETR (2008-2020). Président du RELPA.

Yves d’Amécourt : “Le général de Gaulle souhaitait fusionner le Sénat et le Conseil Economique et Social pour en faire la chambre des forces vives de la République. C’est ce que nous avons voulu faire en constituant cette liste qui représente à la fois les collectivités locales et un certain nombre de métiers de notre département. Chacun des candidats de la liste a une profession. Tous nous souhaitons porter la voix de ces forces vives au parlement. C’est pour cette raison que nous avons nommé notre liste “A l’écoute des forces vives des territoires”

Hugues Martin, ancien Maire de Bordeaux, Président du comité de soutien.

Hugues Martin : « Yves d’Amécourt est un honnête homme au sens noble du terme. Il a l’avantage d’avoir une profession. Il est viticulteur. C’est un passionné de la nature. C’est un homme de grande expérience : il a été président de notre groupe au Conseil Général, Maire de Sauveterre… Chose rare, il a quitté ses fonctions à Sauveterre car il voulait aller au sénat et il ne voulait pas tromper ses électeurs. C’est un homme qui a des valeurs que nous partageons, les valeurs du gaullisme, ancrées dans le roc, dans le sol : la probité, le sens de l’intérêt général, et faire passer cet intérêt général au dessus des ambitions personnelles. Voilà pourquoi je soutiens Yves sans aucune réserve. »

Viviane Chaine Ribeiro, cheffe d’entreprise, Président de la FTPE, élue à Lacanau (Médoc)

Viviane Chaine Ribeiro : « Je suis nouvellement élue à Lacanau (Médoc) avec  Laurent Peyrondet. Je suis cheffe d’entreprise. J’ai travaillé au MEDEF avec Pierre Gattaz sur l’apprentissage. J’ai présidé Action Logement. J’ai connu Yves pendant la campagne des élections présidentielles. Je me présente avec lui pour continuer à faire avancer les choses sur la formation et l’apprentissage.  Depuis quelques mois je suis Présidente de la Fédération des TPE. Nous travaillons ensemble avec Yves, nous agissons au plus près du terrain, nous allions nos réseaux et nos expériences pour mobiliser les forces vives de nos territoires. Toutes ces petites entreprises qui font l’économie en France et qu’il faut aider. »

Pascal Bérillon, élu à La Teste, Vice-Président de la COBAS, travaille à La Poste.

Pascal Bérillon : « Je suis très fier et honoré d’être sur cette liste pour représenter le Bassin d’Arcachon. Je suis élu Nouveau-Centre à La Teste, et je suis aussi Vice-Président de la COBAS avec la responsabilité de l’habitat et de la cohésion sociale. Je suis passionné par l’environnement, notre patrimoine et le développement service durable. Je travaille au groupe La Poste, à la direction du courrier, où je suis en charge de la Responsabilité Sociétale et Environnementale de l’entreprise, du management des risques, de la conformité et de la déontologie. J’ai été directeur d’établissement et président de l’amicale des chefs d’établissement de La Poste. Quand Yves sera élu sénateur je serai à ses cotés pour défendre les services publics, notamment en milieu rural. »

Pascale Québec, maire de Bossugan, cheffe d’équipe dans une entreprise de travaux viticoles.

Pascale Québec : « Je travaille dans une entreprise de travaux viticole comme cheffe d’équipe. Je suis le maire de la plus petite commune de Gironde, Bossugan. C’est mon troisième mandat. Notre commune ne souhaite pas fusionner avec d’autres communes pour faire des communes de plus en plus grandes. Nous n’aimons pas qu’on décide à notre place. On est tout petit, on est dans notre coin. On ne nous entend pas. On ne nous écoute pas. J’ai accepté d’être sur la liste d’Yves pour représenter les invisibles, la France silencieuse. En vérité, aujourd’hui, nos petites communes n’intéressent personne ! Je suis candidate pour dire que nous sommes bien là et que nous aussi, on compte. »

Pierre Giraud, chirurgien orthopédiste sur la métropole, élu à Bruges pendant 12 ans.

Pierre Giraud : « Je suis un peu Monsieur-Tout-le-Monde. J’ai été élu à Bruges pendant 12 ans, avec la responsabilité des affaires sociales, par le souci du bien commun et du sens de la vie publique. J’ai toujours refusé de prendre une carte dans un parti politique. Si je suis sur cette liste c’est parce que je connais Yves depuis très longtemps et aussi parce qu’Yves est poussé par ce mouvement de la ruralité. La ruralité qui est l’endroit où la vraie vie se passe, et où les gens du terroir ne se sentent pas entendus. »

Maître Stéphanie Tambo était absente mercredi soir à cause d’un deuil familial. Nous pensons à elle et à sa famille.

Eddie Puyjalon, Cubzac-les-Ponts, Président national Le Mouvement de la Ruralité, Conseiller Régional de la Nouvelle-Aquitaine.

Eddie Puyjalon : « Cette liste est faite avec des gens qui ont les mains dans le cambouis. Au sénat il faut des gens compétents. Yves est intelligent, il apprend vite et n’est pas obtus. Il a toujours des bons mots. C’est quelqu’un de très simple et d’accessible et qui a envie de servir la cause. Il a envie de servir la France et son territoire. Les TPE, l’environnement, l’écologie intelligente et respectueuse des gens, voilà plein de sujets sur lesquels nous allons pouvoir travailler ensemble. J’aime ma France et ma ruralité, ses valeurs : l’éducation, le travail, le respect des autres, le vivre ensemble. Aujourd’hui on en fait beaucoup pour les animaux et plus beaucoup pour les humains. Le vrai sujet c’est de s’occuper des humains, notamment les plus anciens. C’est tout à l’honneur d’Yves d’aller jusqu’au bout des choses. Je lui ai demandé d’être le porte-parole national du mouvement de la ruralité parce qu’avec sa bonhomie il incarne cette ruralité. Aux dernières sénatoriales il a fait beaucoup pour l’élection des autres, jusqu’à laisser la place qui lui revenait. Aujourd’hui, il mérite d’être élu.»

Agnès Befve Nédélec, professeur de biotechnologie en langue anglaise, élue à Talence pendant 12 ans.

Agnès Nédélec Befve : « J’ai habité longtemps à l’étranger. A mon retour en France, j’ai été élue au conseil municipal de Colmar. Puis je me suis installé à Talence où j’ai été élue pendant 12 ans. J’ai laissé la place aux autres et désormais, j’aide dans ma commune sans être élue. J’ai accepté d’être sur la liste d’Yves parce que nous avons des valeurs communes : la famille, le sens des responsabilités. Parce qu’il a cette curiosité intellectuelle et pratique. Il a une famille stable, il exerce un métier, c’est un homme ouvert, qui sait s’adapté. Ces qualités seront utiles au Sénat. Et puis Yves est un homme qui ose, qui sait prendre des risques. C’est un modèle pour les jeunes. Enfin, bien qu’urbaine, je suis sur cette liste pour défendre la vie rurale et lutter contre l’inégalité des territoires. Je ne comprends pas pourquoi la France a une « politique de la ville » et pas de politique pour la France rurale ! »

Lire l’article de Yannick Delneste dans Sud-Ouest

Lire l’article de Yoan Denéchau sur Aqui.fr

En savoir plus sur notre liste

Voir l’agenda des réunions sur le territoire et en visio-conférence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *