La filière viticole, le vin, les viticulteurs

Bordeaux « Premier Cru » une idée qui fait son chemin.

Lors du dernier conseil d’administration du syndicat des bordeaux et bordeaux supérieur, la commission « Bordeaux Premier Cru » a fait le bilan des propositions. Voici celles qui ont été adoptée par le conseil d’administration.

En plus des règles du « Bordeaux Supérieur », le Bordeaux Premier Cru aurait les caractéristiques suivantes :

  • Mode de conduite : rapport feuille/fruit minimum de 1,8 m2 de feuillage / kg de vendange.
  • Les parcelles produisant de l’AOC Bordeaux Premier Cru devront faire l’objet d’une affectation préalable pour une durée minimale de 5 ans.
  • Maturité des raisins lors de la vendange : Richesse en sucre des raisins pour le Merlot de 202 gr/litre, et pour les autres cépages de 195 gr/litre.cTitre alcoolométrique minimum :
Lire la suite

Bordeaux de l’été 2009 (sacré Bernard !)

Pour la 3ème année consécutive, Bernard Farges (sacré Bernard!), Président du Syndicat Viticole des Bordeaux et Bordeaux Supérieur, a convié un jury exclusivement féminin (sacré Bernard!) pour sélectionner les « Bordeaux de l’été 2009 » à la brasserie bordelaise très tendance « Chez Pompon ». Mais l’histoire ne dit pas qui avait sélectionné les 100 femmes (sacré Bernard!)…

En savoir plus sur la liste des heureux élus (sacré Bernard ! ) sur le site Aqui

Pour une TVA à 5,5% sur le verre de vin compris dans le repas.

A l’heure où les restaurateurs vont bénéficier d’un taux de TVA réduit, je propose un coup de pouce pour encourager la consommation modérée de vin dans les restaurants… Et encourager ce faisant la filière viticole française qui en a tant besoin !

L’état souhaite à la fois promouvoir une consommation modérée de vin et soutenir la filière viticole française, une de ses filière d’excellence notoire avec l’automobile et l’aérospatiale… Or, vue de Paris, ces deux objectifs paraissent inconciliables…

Les achats de vin en France diminuent chaque année… Car chaque année, la France perd des consommateurs réguliers de vin. Ces consommateurs sont remplacés par les jeunes générations qui ne partagent pas la culture gatronomique et oenologique et s’alcoolisent avec des boissons … Lire la suite

A Bergerac, la base reprend la main

Hier soir avait lieu l’assemblée générale du Syndicat des Bergerac… Depuis quelques années la grogne faisait rage entre les dirigeants du Syndicat, qui souhaitaient imposer 4000 pieds par hectare, et la base qui souhaitait rester à 3333 pieds par ha (décret de 1993).

Hier soir les deux camp sont tombés d’accord, à une écrasante majorité, comme ce fut le cas à Bordeaux il y a quelques mois.

Il faut dire qu’en période de crise, et après les engagement du grenelle de l’environnement, imposer une augmentation des densités de plantations est pour le moins ubuesque :

– la densité de plantation n’est pas un objectif pour atteindre la qualité mais un moyen de le faire : l’objectif est le rapport feuille/fruit … Lire la suite

Si à Saint Emilion on parle de l’Angelus, en Entre Deux Mers, on sonne le tocsin…

Les prix moyens sont autour de 1000 € mais cette moyenne cache des transaction à 850 €, quand chacun sait que la production a été de 4,7 tonneaux à l’hectare contre 6 ou 7 habituellement.

2008, 2007, 2006, 2005, … quatre années de crise profonde qui ont vu :

  • diminuer les rendements à l’hectare,
  • baisser les prix au tonneau,
  • augmenter tous les prix des intrants et de la main d’oeuvre
  • baisser la consommation.

Il n’y a pas de plan sociaux, mais de moins en moins de gens travaillent dans les vignes.
Il n’y a pas de dépôts de bilan au tribunal de commerce…Mais il y a des vignes en friches qui apparaissent un peu partout autour de nous.
Il n’y … Lire la suite

Si à Saint Emilion on parle de l’Angelus, en Entre Deux Mers, on sonne le tocsin…

Les prix moyens sont autour de 1000 € mais cette moyenne cache des transaction à 850 €, quand chacun sait que la production a été de 4,7 tonneaux à l’hectare contre 6 ou 7 habituellement.

2008, 2007, 2006, 2005, … quatre années de crise profonde qui ont vu :

  • diminuer les rendements à l’hectare,
  • baisser les prix au tonneau,
  • augmenter tous les prix des intrants et de la main d’oeuvre
  • baisser la consommation.

Il n’y a pas de plan sociaux, mais de moins en moins de gens travaillent dans les vignes.
Il n’y a pas de dépôts de bilan au tribunal de commerce…Mais il y a des vignes en friches qui apparaissent un peu partout autour de nous.
Il n’y … Lire la suite

Si à Saint Emilion on parle de l’Angelus, en Entre Deux Mers, on sonne le tocsin…

J’ai lu ce matin dans Sud Ouest, que l’excellent Château L’Angelus baissait ses prix en primeur (-41%), à 50 € la bouteille (prix BtoB). En Entre Deux Mers, on aimerait entendre l’angélus… Mais c’est le tocsin qui résonne.

Les prix moyens sont autour de 1000 € mais cette moyenne cache des transaction à 850 €, quand chacun sait que la production a été de 4,7 tonneaux à l’hectare contre 6 ou 7 habituellement.

2008, 2007, 2006, 2005, … quatre années de crise profonde qui ont vu :

  • diminuer les rendements à l’hectare,
  • baisser les prix au tonneau,
  • augmenter tous les prix des intrants et de la main d’oeuvre
  • baisser la consommation.

Il n’y a pas de plan sociaux, mais de … Lire la suite

LME : la viticulture prise en ciseaux

La LME (Loi de Modernisation de l’Economie) vise à réduire les délais de paiements entre les opérateurs d’une filière. Ainsi, la nouvelle règle de base qui s’applique au commerce entre professionnels est la suivante : 45 jours fin de mois ou 60 jours nets.

A Bordeaux, dans le cadre du CIVB, une négociation (!) a eu lieu pour rester sur les délais de paiement précédents, à savoir : 75 jours fin de mois (ou 90 jours nets).

Jusque la tout va bien… Surtout pour les négociants qui travaillent avec la grande distribution, qui eux, se font payer selon les nouveaux principes de la LME.

Mais les fournisseurs de la viticulture, eux, n’envisagent pas de négocier les délais de paiement et, … Lire la suite

On en parle au fond des bois…

On entend dire dans les milieux forestiers, qu’une tendance forte du marché du bois de chêne, serait que les tonneliers abandonnent la notion de « forêt d’origine » du chêne et accentuent les propriétés du bois : « grain et teneur en tannins ».

Cette évolution serait menée par les plus grandes entreprises françaises de tonnellerie qui répondent ainsi aux besoins de leurs clients viticulteurs (Français et Américains): « un produit tonneau aux caractéristiques constantes, garanties par des procédés de fabrication et des mesures standardisées de contrôle qualité, et en quantité suffisante. »

L’offre française de grumes à merrain de grain large peut parfaitement répondre à ces critères.

Le merrain à grain large permet de donner plus rapidement au vin … Lire la suite

La France des Samouraï

Dans la plus pure tradition des Samouraï, la France a pris l’habitude à intervalle régulier, de se faire Hara-Kiri… Heureusement elle se loupe ! C’est ce qui vient de se passer au sujet du vin, à l’assemblée nationale… Devenu pour l’occasion le « Pavillon d’Or » de Yukio Mishima !

Dans le domaine du vin, la France est incontestablement le dernier Samouraï ! Comme dans cette légende, le système et la culture ambiante n’acceptent plus la culture séculaire du dernier des Samouraï. Tout le monde reconnaît au Samouraï son talent, sa force, ses convictions… Tout le monde reconnaît en lui l’incarnation de ses propres racines. En l’admirant chacun fait le chemin de sa propre histoire et de ses origines. Mais … Lire la suite

L’ANPAA ou « comment considérer le vin avec dedain… »

Voici le message de l’ANPAA que nous avons reçu à la Mairie de Sauveterre. J’imagine que toutes les Mairies ont reçu ce genre de messages. Voilà comment nous sommes traités.

Par ailleurs, l’ANPAA vient faire des conférences dans les collèges pour expliquer à nos enfants que nous sommes des empoisonneurs.

A Sauveterre, depuis que je suis Conseiller Général je me suis opposé à ce que l’ANPAA vienne faire des conférence. C’est un autre organisme qui vient parler de l’alcoolisme et des addictilogies.

A l’assemblée nationale des mots très durs ont été prononcé à l’égard des députés qui défendaient le vin. J’en ai discuté avec Martine Faure, députée de la 9ème circonscription, qui m’a dit en avoir beaucoup souffert des mots … Lire la suite

Plus de la moitié des transactions au dessus de 1000 € le tonneau.

La semaine dernière, plus de 30000 hl d’AOC Bordeaux Rouge ce sont vendus à 1000 € et plus le tonneau, dans une semaine de transaction « normale » avec plus de 50000 hl échangés en AOC Bordeaux Rouge.

Cette fois, il semble bien que le marché démarre. Il faut communiquer auprès de nos collègues qui vendent à moins de 1000 €, afin qu’ils tiennent bon et vendent plus cher.

Il est très important que toutes les transactions soient enregsitrées au CIVB. Exigeons le ! Il semble que des transactions à 1200 € (et plus) soient réalisées et tardent à être enregistrées. Cette pratique, si elle s’avère, fausse les courts.

Transactionsdu02au06Mars2009.pdf

François Chaussié, nouveau Grand Maître

Compagnons_de_Bordeaux.JPG Lors de l’Assemblée Générale de la Confrérie des Compagnons du Bordeaux, le 26 janvier 2009, François Chaussié a succédé à Alain Pargade comme Grand Maître de la Confrérie des Compagnons du Bordeaux. Félicitations à Alain Pargade qui a incarné notre confrérie pendant tant d’années. Félicitations à François Chaussié qui s’engage dans ce mandat avec volontarisme. Le monde du vin en a besoin.

Halte à la désinformation et à la manipulation

Un message de « 4 vérités sur le vin ».

L’Institut national du cancer (Inca) et le ministère de la Santé ont présenté récemment un document destiné aux médecins intitulé « Nutrition prévention des cancers, des connaissances scientifiques aux recommandations ».

Ce document indique notamment que toutes les boissons alcoolisées, y compris le vin et même dans le cadre d’une consommation modérée, augmentent le risque de cancer.

Cette information a été largement relayée par les médias ces derniers jours.

Or, quelles sont les études nouvelles comme annoncé par les promoteurs de cette opération de désinformation ?

Sur le vin deux choses sont à rappeler :

  • la prévalence des bienfaits du vin sur la protection cancer par rapport aux effets délétères
Lire la suite

« Nutrition prévention des cancers des connaissances scientifiques aux recommandations »

Rapport complet de l’étude réalisée par l’association « Les 4 vérités sur le vin » sur le document présenté à la presse et l’ANPAA sur la prévention des cancers.

Ce document a été envoyé aux médecins au titre du Programme National Nutrition Santé (PNNS ) par l’INCA (Institut national du Cancer) et le ministère de la Santé.

Résumé.

Douze rapports ou documents ont servi à l’établissement de ce document. Sur ces 12 documents :

  • 2 documents indiquent qu’une consommation modérée de vin peut avoir des effets positifs sur la santé (8ème et 12ème),
  • 2 documents indiquent qu’une consommation modérée de vin est possible (le 4ème et le 6ème),
  • 3 documents indiquent que le vin est une des boissons alcoolisées les
Lire la suite

« Méta-analyses, méta-bêtises »

L’édito de Vitisphère à propos de la campagne de presse contre le vin initiée dans la hâte par l’INCA, la Direction Générale de la Santé et l’ANPAA, autant d’organismes largement subventionnés par l’Etat.

« S’appuyant sur une étude européenne (il parait que c’est une méta-analyses !) vieille de 18 mois et ignorée par tous les autres pays, D. Maraninchi, directeur de l’Institut National du Cancer (INCA), et D. Houssin, directeur général de la santé, ont, dans une conférence de presse montée à la hâte (mardi 17), « simplifié », quelques hypothèses au nom du principe de précaution. Parmi toutes ces approximations, « pour eux, un seul verre de vin aggraverait les risques de développer un cancer ».

Le lendemain, le … Lire la suite

Xavier Darcos, Ministre de l’Education, au secours du vin (La Vigne n°206 – février 2009)

« Autant, il faut que nous condamnions avec beaucoup d’énergie la pratique de ces jeunes qui boivent régulièrement, dès six heures du soir, toutes sortes de boissons alcooliques, autant nous manquerions à notre devoir d’éducateur que de ne pas faire connaître à nos jeunes ce qu’est le vin, tous les métiers que cela implique, tout le talent, toute la finesse qu’éxige la réalisation du bon vin. C’est un produit que l’on doit apprendre à connaître comme on le fait avec la peinture, les monuments, la musique… Le vin fait partie des données culturelles. »

« Folies vigneronnes »

Déjà en l’an 96, l’empereur Domitien déclarait : « Vos cal desrabat la mitat des vinhal »… (« il faut arracher la moitié du vignoble! »). Une pièce de théatre dans l’air du temps…

« Retour sur 2000 ans de cycles récurrents pour un vignoble occitan » par le Théatre de la Rampe, de Montpellier, le vendredi 6 mars 2009, à 21h à la Salle des fêtes de Pellegrue.

L’ANPAA contre attaque !

Dans le Monde hier, et dans tous les journeaux nationaux ce matin… Le premier verre de vin, est mauvais pour la santé… Et voilà, le couperet est tombé ! Adieu aux thèses des professeurs Belpomme, Montagnier, Orgogozo, Leteneur, Renaud… Ainsi va l’information. Hier on vous bade, aujourd’hui on vous jette. L’impératif et l’indicatif ont remplacé le subjonctif et le conditionnel. L’affirmation péremptoire a remplacé l’enquête et l’investigation. Le chrono a remplacé la montre. Désormais, la dialectique ce n’est plus : « thèse, antithèse, synthèse », c’est : « antithèse, antithèse, fouthèse » ! Merci au journal Sud-Ouest de n’avoir pas relayé cette « information » !

A quelques jours du débat à l’assemblée pour défendre la consommation modérée de vin, … Lire la suite

Commentaires récents